lundi 17 septembre 2018

Revue de presse : lavenir.net

Neuvillers 1 – Wellin 2

Retrouvailles manquées pour Stéphane Dubois. «Et la victoire de Wellin est méritée, dit Christian Toussaint. Nous n’avons pas su développer notre jeu habituel.» Ledent doit tout d’abord s’incliner sur un essai de Bihain (0-1). Avant la pause, Henrottin inscrit son deuxième but de la saison, mais Wellin émerge logiquement en seconde période grâce à une reprise de Pigeon (1-2)

photo sud-presse

Wellin B 2 – Ortho 2

Pas content du tout, Thomas Demoulin, à l’issue de la rencontre qui opposait son équipe à Ortho. L’entraîneur de Wellin B en voulait à Henri Deglim, qui a pris le sifflet en l’absence d’un arbitre officiel. «Quelques erreurs, deux ou trois hors-jeu, cela peut encore passer, explique le T1. Mais quand on sait qu’Ortho a marqué ses deux buts sur des hors-jeu dont un où j’ai un de mes joueurs à terre et que c’est lui qui couvre leur attaquant qui marque, je ne suis pas d’accord. Ajoutez à cela qu’il devait y avoir six minutes d’arrêts de jeu et que l’on a joué 44 minutes en deuxième période. On s’est fait voler deux points.»Banneux avait ouvert la marque pour Wellin, avant de voir Meunier égaliser à la demi-heure de jeu (1-1). Bertrand Sion remettait son équipe au commandement, avant que Masselot n’égalise dans les conditions regrettées par le camp wellinois.

vendredi 14 septembre 2018

En dix ans, Stéphane Dubois (Neuvillers, ex-Wellin) a presque tout connu - lavenir.net

Neuvillers - Wellin : Dimanche, 15 h



Pour la première fois depuis son départde Wellin, en mai 2015, Stéphane Dubois retrouvera ses anciennes couleurs. 

Le 31 août 2014, pour la dernière fois en match officiel, Neuvillers accueillait Wellin en championnat. À l’époque, Stéphane Dubois était le T2 des Wellinois. Ce dimanche, les deux équipes se retrouvent. Stéphane Dubois sera toujours debout devant un banc. Mais devant celui de Neuvillers cette fois. Un match spécial pour celui qui a évolué pendant dix années sous la liquette jaune et bleue. «Comme joueur, j’ai connu deux clubs dans ma carrière: le Condruzien et Wellin, dit Stéphane Dubois. Je ne bouge pas souvent. Et pourtant, ma première année à Wellin, je me souviens que nous pensions jouer la tête. Nous nous étions sauvés à trois matches de la fin. Mais paradoxalement, j’avais sans doute livré ma meilleure saison.»

Des souvenirs de sa période wellinoise, Stéphane Dubois en a plein la tête. «Mais le premier titre (NDLR: en 2007-2008), je ne l’oublierai jamais, note-t-il. C’est simple, c’était mon premier titre en équipe fanion. Nous avions une sacrée équipe avec les Matz, Caron, Grégoire.»

Ce dimanche, Stéphane Dubois va retrouver des joueurs aux côtés desquels il a évolué voilà un petit peu moins de dix ans.

«La défense de Wellin, c’est terrible»

«J’ai joué avec Hayon, Bonmariage, Luis, les Lejaxhe, Wigny, Schroeder, un peu Pigeon aussi et j’en oublie sans doute, commente Stéphane Dubois. J’ai aussi coaché deux joueurs. Lucas Vincent que j’ai eu sous mes ordres chez les jeunes de Ciney pendant trois ans et Keny Willem, que j’ai coaché un an quand je m’occupais des minimes provinciaux. À cet âge-là, tout le monde voyait déjà que cela allait devenir un crack. Si je suis surpris par le début de saison de Wellin? Oui car l’équipe avait gardé les cadres et que les transferts étaient bons. Vous avez vu la défense de Wellin? C’est terrible.»

Durant ses dix années à Wellin, Stéphane Dubois a eu le temps de voir défiler pas mal d’équipiers. Nous lui avons demandé de dresser son équipe-type. 

GARDIEN. «Aucune hésitation: Benjamin Wigny. C’est le plus fort que j’ai connu.» 

DÉFENSEURS. «À droite, Gilles Schroeder est indiscutable. Devant Wigny, David Lion et François Nissenne, deux rocs. Enfin, à gauche, difficile de ne pas citer Fabian Hayon. Sur le banc, je mets Yannick Vaillant, Mathieu Peltgen, Arnaud Lejaxhe et Martial Goffaux. Quand ce dernier a reculé à gauche, il était monstrueux.» 

MÉDIANS. «Devant la défense, le plus fort, c’est Talmas. Quelle machine. Olivier Dambly peut aussi prendre ce rôle, mais c’est un autre style. Mais pour l’ambiance, avoir un Dambly, c’est du bonheur. À gauche, Mayanga, c’était le talent pur. À droite, je mets Pipo, Laurent Bodet. Et dans le milieu, Heligers et Caron, deux superbes manieurs de ballons» 

ATTAQUANTS. «Christophe Matz et Frédéric Wolf. Eux, c’était l’assurance de marquer des buts. Je me souviens qu’une année, ils se battaient pour le classement des buteurs. Le premier avait mis 25 buts, le second 24.» 

ENTRAÎNEUR. «Facile, Gaëtan Dave. Il est fort pédagogue. S’il a un groupe de 22 joueurs à sa disposition, les 22 joueurs se sentiront concernés. Il ne met personne de côté. Il parle énormément et avec lui, tout le monde a sa chance.»

lundi 10 septembre 2018

Première succès pour les A & premières revers pour les B - lavenir.net


Wellin A 2 - Ochamps 0

Elle est là la première victoire de Wellin. Privé de Willem, légèrement blessé, Thomas Lebrun avait opté pour un trident offensif composé de Lardot-Bihain et Grandjean. Un choix qui s’est finalement avéré payant puisque Wellin a enfin trouvé le chemin des filets. C’est pourtant un défenseur qui a ouvert le score. Après un gros quart d’heure, le ballon traîne dans le grand rectangle d’Ochamps. Muraille le propulse au fond (1-0). Wellin se rassure avant la pause. Lardot déborde sur la gauche avant de centrer au second poteau en direction de Grandjean qui fait mouche (2-0). «Dans la mentalité, c’était bien meilleur que la semaine dernière, note Thomas Lebrun. Au niveau du jeu proposé, ce n’était pas encore exceptionnel, mais bon, nous avons eu beaucoup d’occasions au second acte, c’est donc positif.»


Sainte-Ode 5 – Wellin B 0
Festival pour Sainte-Ode en ce jour de fête au sein du club. Dès la 11’, Martin Vandermeulen reprend victorieusement une offrande de Leturcq pour ouvrir la marque (1-0). Peu avant la pause, c’est Nicolas Zevenne, qui signait son retour, qui fixe Bernard pour faire le break (2-0). La domination des locaux va se poursuivre dans le second acte. Alex Stébel plante le 3-0, cinq petites minutes après les citrons. À un quart d’heure avant la fin de la rencontre, Boris Haag manque un penalty mais Julien Hansen est à l’affût pour faire 4-0. À la 80’, Nicolas Zevenne s’offre un doublé avec la manière pour fixer les chiffres à 5-0. «Le retour de Nico (NDLR: Zevenne) fait du bien, admet Raphaël Bozet, le coach local. Malgré plusieurs absences de marque, mes gars ont fait le boulot.»

samedi 8 septembre 2018

Gilles, Thomas et Robin Schroeder sont tous originaires d’Ochamps. Mais ce soir, les trois joueurs de Wellin ne feront aucun cadeau.


Sources : lavenir.net L. Ménagé

Wellin - Ochamps 
ce soir à 20 h

Six mois plus tard, les deux équipes se retrouvent pour cette quatrième journée de championnat en P2B. Thomas et Robin Schroeder seront bien sur le terrain… mais sous la liquette de Wellin. «Ochamps a dû attendre la fin des activités de Bertrix pour se sauver, relate Thomas Schroeder. C’est arrivé très tard dans la saison, c’est aussi pour cela que Robin, mon frère cadet, a décidé de signer à Wellin. J’avais toujours dit que je ne me voyais pas jouer dans un autre club qu’Ochamps en P2, mais les circonstances ont fait que je n’y suis pas retourné. Je sais que les dirigeants des Canaris ne l’ont pas spécialement bien pris, mais j’avais donné ma parole à Wellin, pensant que les carottes étaient cuites pour Ochamps.»

«Nous sommes à la rue»

Ce soir, Thomas Schroeder va donc retrouver son ancien club. Avec Gilles, son frère aîné, et Robin, son frère cadet, Thomas Schroeder est bien entouré à Wellin. Et tous attendent le match de ce samedi. «Ce sera particulier, avoue le milieu de terrain. Gilles a déjà joué quelques fois contre Ochamps, donc ce sera peut-être un peu moins spécial pour lui. Si je vais faire des cadeaux à mon ancienne équipe? Vu notre position au classement, certainement pas. Pour l’instant, nous sommes complètement à la rue. Il est temps de prendre des points. Mais j’espère qu’Ochamps se sauvera sans difficulté. Avec qui j’ai joué à Ochamps? À part Nicolas Arnould, il n’y a plus personne. Ah si, Martin Golinvaux qui débutait en équipe première l’année où je suis parti. Mais je connais tout le monde malgré tout. Des mecs comme William Boulard ou Bastien Wilem n’étaient pas mes coéquipiers, mais ce sont de supers potes.»

Si tous les Ochamptois rentraient au bercail, Ochamps pourrait aligner une solide équipe. On pense à la fratrie Schroeder, mais aussi aux frères Jourdan (Baptiste et Clément) ou à Maxime Gourmet. Du beau monde! «C’est clair que ce serait du costaud, dit Thomas Schroeder. Mais un garçon comme Gilles, je pense qu’il n’est pas près de revenir. Les frères Jourdan idem, ils jouent plus haut. Et si c’est pour que tout le monde revienne à 35 ans, c’est moins intéressant.»

lundi 27 août 2018

Wellin 0 – Bercheux 3 - 1er tir cadré à la 91è ! - lavenir.net

Après en avoir passé trois à Neuvillers la semaine dernière, Bercheux a fait subir le même tarif à Wellin. Dominateurs dès les premières minutes, les hommes de Gourmet ne tardent pas à trouver l’ouverture. Après une combinaison sur la gauche, le cuir revient dans les pieds de Merche. Au petit rectangle, le Bercheutois ne tremble pas (0-1). Privé d’Arnaud Lejaxhe, Wellin encaisse un deuxième but avant la pause. Merche glisse à Clausse qui reprend en un temps. Wigny ne peut que constater les dégâts. Au deuxième acte, Bercheux profite d’un penalty pour se rassurer définitivement. Clausse s’élance. Wigny détourne…. dans les pieds de Baudot qui pousse au fond (0-3). «Un bon match de mon équipe, résume Didier Gourmet. J’ai la chance d’avoir un bon groupe, très réceptif. Derrière, nous avons été solides. La preuve, mon gardien n’a eu que deux ballons à négocier.»