lundi 27 novembre 2017

Les Gaulois émergent sur le fil, un triplé pour Tom Paquet - Y. Jt. - L'Avenir


WELLIN 2 - 3 OPPAGNE


WELLIN: Wigny 6, T. Schroeder 6, Lemaire 5 (72', Liesnard), Joosens 6, Daphné 6, Grandjean 5, G. Schroeder 7, Delahaut 7 (55', Tricnaux 4), A.

Lejaxhe 6, Hayon 5 (67', M. Lejaxhe), Pigeon 5.

OPPAGNE: Catania 6, Boyne 6, T. Paquet 9, De Bona 7 (62', Pirson 6), Biatour 7, Adam 6 (90+3, M. Bonjean), J. Paquet 6, R. Bonjean 6, Pirson 6 (82', Evrard), Gena 6, Nijskens 7.

Arbitre: M. Rode 6. Si au nombre de cartons distribués, on frôle «l’overdose», cela se justifie de par l’engagement de la partie. Même si à certains moments, cela tournait un peu à la comédie avec des joueurs punis lorsqu’ils s’échauffaient.

Buts: T. Paquet (23', 0-1), Delahaut (28', 1-1), T. Schroeder (40', 2-1), T. Paquet (58', 2-2; 86', 2-3).

Cartes jaunes: Wigny, T. Schroeder, Hayon, M. Lejaxhe, G. Schroeder, Pigeon, Boyne, De Bona, Gena, O. Bonjean.

Assistance: 60.

Note du match: 7.

23', Adam récupère et sollicite Tom Paquet dont la reprise peu avant la ligne de but, surmonte Wigny (0-1).

28', Delahaut, excentré aux vingt mètres, tente un essai puissant qui vient se loger dans l’angle du but (1-1).

40', sur une longue rentrée de Daphné, le ballon est repoussé par un défenseur. Thomas Schroeder surgit pour placer hors de portée de Catania (2-1).

58', faute de main d’A.Lejaxhe dans le rectangle. Penalty transformé par le buteur gaulois Tom Paquet, qui prend Wigny à contre-pied (2-2).

86', coup franc tendu de Biatour. Le ballon heurte le poteau de Wigny et Tom Paquet surgit de la tête pour inscrire son troisième but de la soirée (2-3).

«Ce ne sont pas trois points que nous venons de prendre, mais six», avouera Eddy Raskin à la rentrée au vestiaire. Une comptabilité bien étayée dans le chef du coach visiteur au vu de la difficulté à venir chercher la victoire en terre wellinoise. Cela dû, en grande partie, à la solidité de la défense de Wellin et ses reconversions en contre.

Durant le premier quart d’heure, Wellin va souffrir face à une équipe d’Oppagne au sommet de son art dans la circulation du cuir. Avec la récompense qui suit au marquoir. Avant une relâche coupable qui permettra aux joueurs locaux de revenir au score. Il faudra ensuite un sauvetage des poings de Wigny pour dévier un missile de l’inévitable Tom Paquet quelques minutes après l’égalisation. Pas de nature à saper le moral wellinois. L’équipe de Thomas Lebrun réussira à prendre l’avance sur un classique dans le chef des visités: une rentrée en touche très longue de Daphné. Et juste avant les citrons, après s’être infiltré dans la défense visitée, Adam se retrouve au sol dans le rectangle. Le penalty réclamé par tout le clan gaulois ne retiendra pas l’attention de M. Rode.

C’est ensuite un penalty indiscutable qui permettra aux Coalisés de recoller méritoirement au score. Biatour héritera ensuite d’une occasion trois étoiles qu’il gâchera en expédiant le cuir au-dessus du cadre. Oppagne a la maîtrise du jeu en occupant les espaces à la perfection, faisant tourner une formation wellinoise en souffrance. Et pourtant, à la 82', Thomas Schroeder est bien près de redonner l’avance aux siens, mais il lui manquera une pointure pour pousser au fond. On connaît la suite, avec la victoire à l’arraché des Gaulois. «Quand on rate de telles occasions, face à une équipe pareille, cela se paie cash. Oppagne, c’est sans conteste la meilleure équipe que j’ai vu évoluer ici à Wellin», avouera Thomas Lebrun quelque peu déçu. Par contre, son homologue Eddy Raskin se montrait content de l’issue de la partie. «La semaine passée, je n’étais pas aussi content que ce soir. Mais j’exige encore qu’on pose davantage le ballon au sol, ce que j’ai réclamé à la pause.»

Fort de ce quatrième succès de rang, Oppagne est pleinement relancé dans la course au podium.

mercredi 22 novembre 2017

Un Wellinois dans l'équipe type du premier tour, un autre dans les révélations - lavenir.net


Thomas Schroeder se retrouve dans l'équipe type de l'avenir à la mi-saison : "c’est de la taille, de l’abattage et un certain plaisir à mettre la tête où d’autres ne mettraient pas leur pied"

Jonas Tricnaux fait parti des révélations : " Le jeune ailier namurois, arrivé de Beauraing, est le meilleur réalisateur de Wellin avec cinq roses"

lundi 20 novembre 2017

Wellin arrête à nouveau un ténor de la série et place trois joueurs dans le onze du week-end

SOURCES : Yvon JUSSERET - L'Avenir

Florent Pigeon a inscrit un magnifique but pour Wellin

WELLIN: Wigny 7, T. Schroeder 7, Lemaire 6, Joosens 6, Grandjean 8, G. Schroeder 6, Tricnaux 4 (79', Lardot), Delahaut 5, Bonmariage 6 (65', Liesnard), A.Lejaxhe 6, Hayon 6 (67, Pigeon).

ROSSIGNOL: Nélis 7, Muri 6, Félix 6, Braux 7, Depienne 6, Monhonval 6, Meert (46', Coopmans 5), Coulibaly 5, Godefroid 5 (52', Jacques 5), Legrand 7 (75', Ostojic), Jacob 6.

Arbitre: N. Holtzeimer 5. Dans un match très engagé, il aurait dû sortir plus vite ses cartons. Prend parfois ses décisions suite à la réaction verbale des joueurs plutôt que suite à son propre jugement sur les fautes.

Buts: Grandjean (40', 1-0), Pigeon (78', 2-0), Félix (84', 2-1).

Cartes jaunes: T. Schroeder, G. Schroeder, Bonmariage, Lardot.

Assistance: 60.

Note du match: 5.

40', sur un contre bien mené de Thomas Schroeder, Grandjean récupère et arme un tir puissant en pleine lucarne. Essai dévié par Nélis dans son but (1-0).

42', grand save de Nélis pour écarter une reprise de Grandjean qui filait sous la barre.

72', sur un coup de coin de Tricnaux, Thomas Schroeder surgit de la tête pour déposer au fond. But annulé par l’arbitre pour une faute peu évidente du Wellinois sur un défenseur.

78', Pigeon signe son entrée au jeu d’une reprise croisée imparable (2-0).

84', tir tendu de Depienne sur le bras d’un défenseur. Intention ou pas? Penalty contesté par tout le camp wellinois, mais transformé par Félix qui prend Wigny à contre-pied (2-1).

Après avoir réussi le partage face au leader méchois, Wellin réussit à nouveau à mettre des bâtons dans les roues d’un ténor. Avec cette fois la victoire au bout des nonante minutes d’une partie qui ne fut pas toujours très emballante. Et que l’on peut résumer facilement en un duel physique d’une défense regroupée dans le chef des visités face à des Mauves bien en peine de trouver une solution pour faire sauter le verrou. Mais comme le confirme le coach wellinois Thomas Lebrun, c’est de bonne guerre au vu de la situation. «Même si on n’a pas assisté à un grand match, dans notre situation actuelle, nous n’avons pas le choix. Nous devons nous battre avec nos armes et je pense que le groupe est en train de sortir la tête de l’eau avec nos quatre derniers matches sans défaite.»

On imagine bien que dans le camp adverse, la tactique choisie par les Wellinois n’est pas de nature à réjouir, coach en première ligne. «J’avais prévenu mes joueurs que ce ne serait pas facile face à une équipe qui défend à neuf derrière, peste Jimmy Thiéry. Physiquement, nous n’avons pas été à la hauteur face à l’agressivité de Wellin et si l’arbitre dégaine plus tôt, on ne voit pas le même match.»

Argument contre argument, seule l’issue finale donne raison au vainqueur du jour qui fait un bon pas de plus vers la tentative de sauvetage. Et pour ce qui est de la rencontre de samedi soir sur le terrain, on notera cependant qu’à deux ou trois reprises, la défense wellinoise s’en est bien sortie dans une partie de billard au cœur du petit rectangle avec à chaque fois une jambe salvatrice. Et sur phase arrêtée, on notera encore le sauvetage des poings de Wigny sur un coup franc bien calibré de Jacob passé la demi-heure.

Après les citrons, une volée de Monhonval passera largement au-dessus de la cage de Wigny. Et au niveau des occasions franches, cela restera chou blanc dans le chef des visiteurs. Quant à Wellin, c’est en contre qu’il a réussi à faire la différence avec notamment une bonne rentrée de Florent Pigeon qui n’a mis que dix minutes pour signer une reprise imparable destinée à doubler l’avance des siens et saper le moral visiteur.


samedi 18 novembre 2017

ENFIN ! une Victoire pour Wellin

Wellin 2 - 1 Rossignol 

PHOTO : LAVENIR.NET

Tant attendue par tout les Wellinois c'est LA Victoire qui va faire du bien au moral, de plus avec les défaites de Nothomb et d'Arlon les jaunes et bleus peuvent respirer un peu.

C'est Benjamin Grandjean qui ouvre la marque avant la fin de la 1ère mi-temps et Florent Pigeon qui double le score sur une superbe frappe enroulée à la 79'. Les locaux se sont fait peur jusqu'au au bout puisque Rossignol revient à 2-1 à 5 minutes de la fin du match.

Davreux : «10 chances sur 10 de se sauver» - M. Pn. - L'Avenir


Cédric Davreux n’a vu qu’une seule fois Wellin gagner en championnat depuis son retour.

Un chat noir, Cédric Davreux? Depuis que l’ancien président a réintégré le comité en mars dernier, les Wellinois n’avancent plus.

«C’est bien simple, je n’ai vu Wellin gagner qu’une fois en championnat depuis mon retour (NDLR, 4-2 contre La Roche lors du troisième match de championnat), dit-il. Bon, en réalité, je n’étais jamais vraiment parti. Après avoir quitté la présidence en janvier 2015, j’étais toujours présent, mais comme simple supporteur.»

Cédric Davreux a donc fini par réintégrer l’organigramme du club au printemps dernier. Histoire de soulager Maxime Desset. «Il a un œil sur toutes les composantes du club, tandis que je m’occupe spécifiquement de l’équipe première», confie l’ancien président. Mais que dit le nouveau responsable sportif, lorsqu’il constate que son équipe occupe la dernière place à la mi-novembre? «Je réponds qu’il reste encore beaucoup de matches! Sincèrement, je pense que nous ne sommes pas à notre place. En onze rencontres, nous n’avons perdu qu’une fois par plus d’un but d’écart. C’est bien la preuve qu’il ne manque pas grand-chose. Le football se joue parfois sur des détails. Si vous remplacez tous les poteaux que nous avons touchés par des buts, nous sommes dans le ventre mou à l’heure qu’il est. La roue finira bien par tourner.»

Budget réduit de 25%
Il n’empêche qu’avec huit unités de retard sur le dixième classé, en sachant qu’il faudra peut-être en laisser quatre dans son dos pour se sauver sans passer par les barrages, Wellin n’a plus de temps à perdre. «Combien de chances je donne à Wellin de se sauver, sur dix? Dix! Je suis un éternel optimiste. L’équipe qui a tenu le leader (Meix) en échec voici quinze jours a sa place en première provinciale, assure Cédric Davreux. Ce point valait bien une victoire. Nous l’avons d’ailleurs fêté comme il se doit. Wellin ne sera de toute façon jamais une grosse écurie de première provinciale. Il n’en a pas les moyens. Nous avons encore réduit le budget de 25% cette saison et malgré ça, quasiment tous les joueurs sont restés. Et les deux garçons qui sont partis (NDLR, Guidon et Jourdan) ne l’ont pas fait pour des raisons financières. Wellin est un club sain et il le restera, en sachant bien que toutes les dépenses augmentent d’année en année.»

Sans vouloir jouer les oiseaux de mauvais augure, on rappellera que l’ES Wellin n’a jamais enchaîné quatre saisons de rang en P1…