lundi 8 octobre 2018

Assenois 3 - 2 Wellin A & Wellin B 1 - 1 Redu - lavenir.net

Assenois 3 - 2 Wellin A

Comme la semaine dernière, Assenois a été mené de deux buts. Mais comme la semaine dernière, les hommes de Jonathan Fries ont finalement pris les trois points. Et pourtant, après un quart d’heure, on voyait mal comment Wellin pouvait perdre ce match. Largement supérieurs, les Wellinois dominent l’entame de match. Après des essais de Willlem, Pigeon et A. Lejaxhe hors du cadre, Petit, d’une frappe des trente mètres sous la barre, met son équipe aux commandes (0-1). Assenois tente de réagir, mais la frappe de Raguet passe deux bons mètres à côté de la cage de Wigny. Lejaxhe se heurte ensuite à Moreau. Décalé sur la droite par Petit, M. Lejaxhe lance Willlem dans la profondeur. Ce dernier efface Moreau avant de placer au fond (0-2). La suite de la partie? Un festival de Sébastien Leva. Avant la pause, l’ancien Soulier d’or avait déjà remis les compteurs à zéro en plantant deux buts. Le premier en profitant d’un petit espace dans le rectangle. Le second en reprenant de la tête un ballon qui se trouvait entre Schroeder et Wigny. À dix petites minutes du terme, Leva, encore lui, a offert les trois points à Assenois (3-2). L'autre homme du match? Clément Moreau, qui a sorti le penalty de Hayon alors que le marquoir indiquait 2-2. «Il va bien la chercher, dit Thomas Lebrun. Nous avons disputé notre meilleure demi-heure de la saison. Cela aurait pu tomber d’un côté comme de l’autre.»


Wellin B 1 - 1 Redu

Un match nul pour cette rencontre et l’ouverture du score par l’intermédiaire de Collard pour les visiteurs et ce à quelques secondes de la fin de la première période (0-1). Wellin ne s’en laisse pas compter et après plusieurs matches sans le moindre point, les joueurs de Thomas Demoulin vont trouver les ressources pour aller chercher l’égalisation des pieds de Bertrand Sion (1-1)

lundi 1 octobre 2018

Wellin A 2 – Grandvoir 2 & Nassogne B 3 – Wellin B 0 - lavenir.net

Wellin 2 – Grandvoir 2

Par deux fois, Grandvoir a mené. Mais par deux fois, Wellin a su revenir. Après huit minutes, Nieles profite d’une erreur défensive de G. Schroeder pour aller tromper Merny (0-1). Le reste de la première période est pour Wellin. Compas remporte d’abord son duel avec Lejaxhe avant d’être sauvé par son poteau sur une reprise de R. Schroeder. Sur corner, Wellin égalise via A. Lejaxhe (1-1). Wellin redémarre mal la seconde mi-temps et se fait punir par Goffinet. Le but de l’égalisation tombe sur penalty. Hayon centre. Au second poteau, G. Schroeder, est accroché. Hayon ne tremble pas (2-2).



Nassogne B 3 – Wellin B 0

En début d’après-midi, le staff de Nassogne apprend la déconvocation de son gardien, Sandy Marchal. Tom Pierard est choisi pour le suppléer entre les perches. Et même si le défenseur n’était pas particulièrement content de cet intérim, il va parfaitement remplir sa tâche en réalisant deux arrêts déterminants.

Pour le reste, les Nassognards vont prendre l’avantage à quelques minutes de la mi-temps, grâce à Chollot qui n’a plus qu’à pousser le cuir après un ballon repoussé sur une frappe de Barbay (1-0). On retrouve le même scénario pour un deuxième but de Chollot (2-0). Le portier de Wellin multiplie les arrêts pour éviter la correction et Diouf marque son but hebdomadaire (3-0).

lundi 24 septembre 2018

Neuf sur neuf pour Wellin qui semble lancé dans ce championnat. - lavenir.net

Wellin 2 – Paliseul 1


Neuf sur neuf pour Wellin qui semble lancé dans ce championnat. «Mais dans le jeu, nous pouvons encore faire mieux, avoue Thomas Lebrun. Nous loupons encore trop d’occasions. Sans doute un petit manque de confiance.» Wellin prend l’avance à la demi-heure. Aux trente mètres, Lejaxhe hérite du cuir. Le Wellinois ne se pose aucune question et allume Marichal (1-0). Wellin poursuit sa marche en avant, mais Marichal est attentif entre les perches. Il ne peut cependant rien à un quart d’heure de la fin quand Wilem profite d’un assist de Vincent pour doubler le score (2-0). Paliseul réduit l’écart à la dernière seconde sur un penalty d’Arthur Poncelet (2-1). «Victoire méritée, assure Thomas Lebrun. Paliseul n’a qu’une frappe sur le match.»

Haut-Fays 4 – Wellin B 1

La formation de Haut-Fays continue son parcours en restant invaincue. Pourtant, tout ne fut pas des plus faciles puisque ce sont bien les Wellinois qui ont ouvert la marque par Baijot après quelques minutes de jeu (0-1). Les hommes d’Anthony Deward ne mettront qu’une bonne demi-heure pour rattraper et dépasser leurs adversaires, Arnould et Englebert renversant (2-1). Wansard puis Dauvin assoiront la victoire de leur équipe (4-1).

lundi 17 septembre 2018

Revue de presse : lavenir.net

Neuvillers 1 – Wellin 2

Retrouvailles manquées pour Stéphane Dubois. «Et la victoire de Wellin est méritée, dit Christian Toussaint. Nous n’avons pas su développer notre jeu habituel.» Ledent doit tout d’abord s’incliner sur un essai de Bihain (0-1). Avant la pause, Henrottin inscrit son deuxième but de la saison, mais Wellin émerge logiquement en seconde période grâce à une reprise de Pigeon (1-2)

photo sud-presse

Wellin B 2 – Ortho 2

Pas content du tout, Thomas Demoulin, à l’issue de la rencontre qui opposait son équipe à Ortho. L’entraîneur de Wellin B en voulait à Henri Deglim, qui a pris le sifflet en l’absence d’un arbitre officiel. «Quelques erreurs, deux ou trois hors-jeu, cela peut encore passer, explique le T1. Mais quand on sait qu’Ortho a marqué ses deux buts sur des hors-jeu dont un où j’ai un de mes joueurs à terre et que c’est lui qui couvre leur attaquant qui marque, je ne suis pas d’accord. Ajoutez à cela qu’il devait y avoir six minutes d’arrêts de jeu et que l’on a joué 44 minutes en deuxième période. On s’est fait voler deux points.»Banneux avait ouvert la marque pour Wellin, avant de voir Meunier égaliser à la demi-heure de jeu (1-1). Bertrand Sion remettait son équipe au commandement, avant que Masselot n’égalise dans les conditions regrettées par le camp wellinois.

vendredi 14 septembre 2018

En dix ans, Stéphane Dubois (Neuvillers, ex-Wellin) a presque tout connu - lavenir.net

Neuvillers - Wellin : Dimanche, 15 h



Pour la première fois depuis son départde Wellin, en mai 2015, Stéphane Dubois retrouvera ses anciennes couleurs. 

Le 31 août 2014, pour la dernière fois en match officiel, Neuvillers accueillait Wellin en championnat. À l’époque, Stéphane Dubois était le T2 des Wellinois. Ce dimanche, les deux équipes se retrouvent. Stéphane Dubois sera toujours debout devant un banc. Mais devant celui de Neuvillers cette fois. Un match spécial pour celui qui a évolué pendant dix années sous la liquette jaune et bleue. «Comme joueur, j’ai connu deux clubs dans ma carrière: le Condruzien et Wellin, dit Stéphane Dubois. Je ne bouge pas souvent. Et pourtant, ma première année à Wellin, je me souviens que nous pensions jouer la tête. Nous nous étions sauvés à trois matches de la fin. Mais paradoxalement, j’avais sans doute livré ma meilleure saison.»

Des souvenirs de sa période wellinoise, Stéphane Dubois en a plein la tête. «Mais le premier titre (NDLR: en 2007-2008), je ne l’oublierai jamais, note-t-il. C’est simple, c’était mon premier titre en équipe fanion. Nous avions une sacrée équipe avec les Matz, Caron, Grégoire.»

Ce dimanche, Stéphane Dubois va retrouver des joueurs aux côtés desquels il a évolué voilà un petit peu moins de dix ans.

«La défense de Wellin, c’est terrible»

«J’ai joué avec Hayon, Bonmariage, Luis, les Lejaxhe, Wigny, Schroeder, un peu Pigeon aussi et j’en oublie sans doute, commente Stéphane Dubois. J’ai aussi coaché deux joueurs. Lucas Vincent que j’ai eu sous mes ordres chez les jeunes de Ciney pendant trois ans et Keny Willem, que j’ai coaché un an quand je m’occupais des minimes provinciaux. À cet âge-là, tout le monde voyait déjà que cela allait devenir un crack. Si je suis surpris par le début de saison de Wellin? Oui car l’équipe avait gardé les cadres et que les transferts étaient bons. Vous avez vu la défense de Wellin? C’est terrible.»

Durant ses dix années à Wellin, Stéphane Dubois a eu le temps de voir défiler pas mal d’équipiers. Nous lui avons demandé de dresser son équipe-type. 

GARDIEN. «Aucune hésitation: Benjamin Wigny. C’est le plus fort que j’ai connu.» 

DÉFENSEURS. «À droite, Gilles Schroeder est indiscutable. Devant Wigny, David Lion et François Nissenne, deux rocs. Enfin, à gauche, difficile de ne pas citer Fabian Hayon. Sur le banc, je mets Yannick Vaillant, Mathieu Peltgen, Arnaud Lejaxhe et Martial Goffaux. Quand ce dernier a reculé à gauche, il était monstrueux.» 

MÉDIANS. «Devant la défense, le plus fort, c’est Talmas. Quelle machine. Olivier Dambly peut aussi prendre ce rôle, mais c’est un autre style. Mais pour l’ambiance, avoir un Dambly, c’est du bonheur. À gauche, Mayanga, c’était le talent pur. À droite, je mets Pipo, Laurent Bodet. Et dans le milieu, Heligers et Caron, deux superbes manieurs de ballons» 

ATTAQUANTS. «Christophe Matz et Frédéric Wolf. Eux, c’était l’assurance de marquer des buts. Je me souviens qu’une année, ils se battaient pour le classement des buteurs. Le premier avait mis 25 buts, le second 24.» 

ENTRAÎNEUR. «Facile, Gaëtan Dave. Il est fort pédagogue. S’il a un groupe de 22 joueurs à sa disposition, les 22 joueurs se sentiront concernés. Il ne met personne de côté. Il parle énormément et avec lui, tout le monde a sa chance.»