dimanche 16 septembre 2012

P2B : Wellin surpris par Chaumont

Grosse surprise ce samedi soir, en P2B. Les néopromus de Chaumont, battus à domicile par Neuvillers le week-end passé, se sont imposés sur la pelouse du leader, Wellin (2-4).
Marc Maréchal, auteur d'un doublé, Maxime Merche et Maxime Marquet ont été les bourreaux des Wellinois, qui ont été réduits à dix peu après la demi-heure après l'exclusion de Florent Talmas pour une faute nécessaire. Le marquoir affichait alors un but partout.

S'il s'impose ou réalise un partage demain face à Grandvoir, Nassogne se retrouvera seul aux commandes de la série.

samedi 15 septembre 2012

lundi 10 septembre 2012

Bercheux - Wellin en vidéo

Cliquez ici pour voir la vidéo

L'avenir - Premier point pour Sainte-Marie

Le capitaine wellinois François Nissenne a permis aux siens de renverser la vapeur, à Bercheux.

Le capitaine wellinois François Nissenne a permis aux siens de renverser la vapeur, à Bercheux.

WELLIN a poursuivi son sans-faute, vendredi, en infligeant à Bercheux un troisième revers de rang devant ses supporteurs. Pourtant, tout avait bien commencé pour l'escouade de Fabian Boulard, mise aux commandes par Mathieu dès le quart d'heure (1-0). Ce même Mathieu qui loupait d'ailleurs la balle de break dans la foulée. La chance des Verts était déjà passée. Car quelques secondes plus tard, le capitaine wellinois Nissenne sortait de sa tanière pour remettre les compteurs à zéro (1-1). L'arrière central des Jaune et Bleu n'était pas rassasié pour autant. En effet, à la demi-heure, c'est encore lui qui jaillissait pour crucifier Crochet et donner l'avance aux hommes de Gaëtan Dave (1-2). Après la pause, Barthélemy et Bozet ont bien tenté de sonner la charge, côté bercheutois. Mais le dernier mot reviendra néanmoins à Wellin, qui pliera définitivement la rencontre à cinq minutes du terme par son joker fétiche, Heligers (1-3). Après cinq journées, pas de doute : Wellin (15/15) a mieux digéré la descente de P1 que Bercheux (4/15

Libin 2 – Sibret 0

Peu productif en déplacement depuis le début de saison (0/6), Libin a confirmé qu'il l'était bien plus dans son antre, samedi soir, en empochant, face à Sibret, un troisième succès en autant de rencontres à la maison. Une victoire qui a mis du temps à se dessiner, puisque le marquoir affichait toujours 0-0 à la pause. En grande partie grâce à Hartman, le portier sibretois, lequel avait détourné un penalty provoqué par Lodriguez et botté dans ses gants par De Backer à la demi-heure. Ce ne fut toutefois que partie remise pour les Libinois, qui se reposeront sur le coup de patte de Picart pour enfin trouver l'ouverture. À l'heure de jeu, sur un coup franc aux 20 m, le numéro 10 libinois pulvérisera la toile d'araignée d'un Hartman médusé pour donner la main à ses couleurs (1-0). Libin n'oubliera pas de tuer le match, quelques minutes plus tard. Un déboulé de ce même Picard, suivi de cette arme fatale qu'on appelle le centre en retrait, sera mis à profit par Van Haesebroeck, monté en ligne (2-0). La troupe d'André Pierson aura alors le bon goût de verrouiller jusqu'au bout pour rendre sa première clean sheet de la saison.

Tellin 1 – Bouillon 4

Quatrième victoire en cinq matches pour Bouillon, et cinquième revers pour Tellin, qui ne parvient pas à décoller. Privés de leur buteur, Englebert, et de leur gardien, Libert, les Rossoneri n'ont fait douter les Bouillonnais que l'espace de dix minutes, après la réduction du score signée G. Charlier à la 70' (1-2). Dix minutes, c'est en effet le temps que Molitor mettra pour rendre deux buts aux siens, avant que Debune ne parachève l'ouvrage en fin de partie (1-4). Les hommes de Christophe Jego s'étaient échappés à 0-2, plus tôt dans la partie, grâce à Dewachter (0-1 à la 35') et Delahaut (0-2 à la 50'). «La victoire de Bouillon est indiscutable, mais peut-être aurait-on pu les faire trembler davantage si Gilles Charlier et Florent Pigeon n'avaient pas touché le cadre, à 0-0 et à 1-3», glisse Christian Jacob, le délégué de Tellin.

Saint-Pierre 0 – Nassogne 3

Nassogne continue à tenir la cadence imposée par Wellin. Hier après-midi, les Verts ont fait parler leur puissance physique pour prendre la mesure de Saint-Pierre, envoyé dans les cordes dès la 20' par Jérôme Philippe (0-1). Le K.-O. ne tombera toutefois que dans les cinq dernières minutes, le même Philippe et Marchal, monté un peu plus tôt, se chargeant d'asséner deux uppercuts décisifs pour envoyer les Pierrots au tapis (0-2 et 0-3). Le portier nassognard, A. Pirlot, absent lors des deux derniers matches, ne sera toutefois pas revenu pour rien. En détournant coup sur coup des essais de Résimont et Warlomont peu après la reprise, le jeune gardien des Verts a pleinement contribué au triomphe des siens. «Ces Nassognards m'ont l'air diablement motivés, confie Alain Scius, le délégué pierrot. La preuve, ils ont chanté pendant plus de cinq minutes après le match, comme s'ils venaient d'être sacrés champions.»

Sainte-Marie-W. 3 – Paliseul 3

Premier point pour Sainte-Marie, qui peut même se mordre les doigts d'en avoir abandonné deux de plus. D'abord, parce que le bataillon de Francis Plennevaux a mené 2-0, l'œuvre de Culot et Balthazar. Ensuite, parce qu'il n'a pas réussi à profiter de sa supériorité numérique dans le dernier quart d'heure, après l'exclusion du Paliseulois Laurent pour une vendetta, pour faire la différence. Il s'en est même fallu de très peu pour que les Grenouilles ne repartent avec la totalité du magot. Réduits à dix, ils parviendront à prendre l'avance (2-3) par A. Chaidron, alors que Mahin et Besonhé avaient remis les compteurs à zéro, un peu plus tôt. Finalement, c'est le capitaine local, Ska, qui permettra à Sainte-Marie d'éclater sa bulle et d'engranger sa première unité. «C'est vrai qu'on peut nourrir quelques regrets, compte tenu des circonstances, mais ne gardons que le positif. Ce premier point nous fait un bien fou au moral», glisse Hugues Richoux, le président de Sainte-Marie.

Poupehan 0 – Ochamps 2

Comme prévu, c'est à un Poupehan très déforcé qu'Ochamps a rendu visite, hier. Privés de Ristevski, Robson et Michel, tous trois suspendus, mais aussi de Jerez et D. Donat, blessés, les frontaliers ne présentaient que douze éléments sur la feuille de match, parmi lesquels leur coach, Manu Branco. «Malgré ça, on a bien résisté, confie Alex Debune, le président poupinot. On aurait même pu ouvrir la marque si notre gardien habituel, Jérémy Donat, exceptionnellement aligné devant, n'avait raté l'immanquable en début de seconde période.»

Ce raté, Poupehan le payera cher dans la dernière demi-heure. Et c'est la jeune perle d'Ochamps, Thomas Baudot (16 ans), qui fera passer les vice-champions à la caisse, en crucifiant Violet à deux reprises en fin de match. «Soulignons le très bon arbitrage de M. Thunus, glisse Alex Debune. Le jour et la nuit par rapport à la prestation de M. Englebert la semaine précédente. En expulsant trois de nos joueurs à Chaumont, ce dernier a faussé deux matches pour le prix d'un, je ne l'ai pas encore digéré.»

Chaumont 0 – Neuvillers 2

Les semaines se suivent et ne se ressemblent pas à Chaumont, qui est resté muet, hier, après avoir enfilé pas moins de 16 buts en trois rencontres. «L'absence de leur centre-avant, Marc Maréchal, explique peut-être ce soudain manche de punch », glisse Arnaud Lays, le joueur-entraîneur visiteur. Lequel mérite certainement le titre d'homme du match, puisqu'il a inscrit un doublé décisif après la pause. Après avoir ouvert la marque d'un coup de casque imparable, il transformait un penalty pour mettre les siens sur le velours à l'heure de jeu. Dernier fait de match, l'exclusion du Chaumontois Lambert en fin de partie.

Grandvoir 1 – Vaux-sur-Sûre 4

Sévère gifle pour les Cerfs face à des Étoilés qui n'avaient pas encore gagné en championnat. «Avant de se rendre à Nassogne, on avait tout intérêt à prendre des points. Quand on regarde le classement et qu'on voit que Neuvillers et Chaumont, par exemple, comptent déjà sept points de plus que nous, on se dit qu'il est déjà plus que temps de mettre en route la mécanique », glisse Sylvain Thiry, le défenseur grandvaurien. Des buts de P. Georges et Tallier avant la pause, puis un doublé de Leroy, un ancien de la maison grandvaurienne, permettront à Philippe Jacques de fêter son premier succès à la tête de Vaux-sur-Sûre en championnat. Du côté des Cerfs, le but de l'honneur signé Decamps (pour faire 1-3) ne s'apparentera qu'à une maigre consolation.

M. Pn.

vendredi 7 septembre 2012

Huitièmes de finale de la Coupe de la Province

Les matchs devront être disputés pour le 23 décembre au plus tard.

Nothomb -Longlier
La Roche- Chatillon
Wellin - Vance
Champlon - Habay-la-vieille

Meix - Bastogne
Libramont - Melreux
Oppagne - Montleban 
Bomal -Saint-Léger

mardi 4 septembre 2012

Wellin gagne 2-0 contre Erezée grâce à 2 buts de A. Lejaxhe

 Bomal - Lierneux 7-0 (Biquet, Schuilen 2X, Gonze 3x, Polet)
Sart - Montleban 0-3 (Clément 2x, Vermeesch)
Libramont - Aubange 3-1 (0-1 Galhaut, 1-1 G. Poncelet; 2-1 S. Poncelet; 3-1 M. Bigonville)
Wellin -  Erezée 2-0 (A. Lejaxhe 2x)

Wellin - Erezée ce mardi à 20 h (Coupe de la Province)

lundi 3 septembre 2012

Poupehan, mené 4-1, quitte le terrain à la 69’

PALISEUL - Samedi soir, Paliseul a chassé les Cerfs de la Place des Battys avec brio. Mais il aurait toutefois pu éviter à ses supporteurs quelques palpitations inutiles. Alors qu'Ansiaux et Regnier avaient fait bon usage de leurs cartouches pour donner deux buts d'avance aux Grenouilles, celles-ci ont oublié d'asséner le coup fatidique à leur proie. Si bien qu'en deux coups de cuiller à pot, Grandvoir, groggy mais loin d'être mort, se relevait et recollait à deux partout, grâce à Maron et Godart. Ce n'était toutefois que le sursaut d'orgueil d'une bête qui a fini par rendre son dernier souffle, succombant sous les balles de Caron (3-2) et Mahin (4-2). Avec neuf unités dans la gibecière, Paliseul démarre sur les mêmes bases que la saison passée. Ce qui ne fait semble-t-il pas que des heureux. Le buteur local, Ostojic (3 buts depuis le début de saison), a en effet rapidement déserté le stade, peu après son remplacement à la 50'.

Paliseul 4 – Grandvoir 2

Ochamps 2 – Tellin 1

À trois minutes près, Tellin engrangeait son premier point de la saison. Un coup de canon de Jourdan junior en toute fin de match en a décidé autrement. Avant cela, les deux équipes s'étaient neutralisées, Julien Englebert ayant répondu au but d'ouverture de Kaïr Isoupov avant la pause (1-1). «Une victoire dans la douleur», glisse Thierry Jourdan, qui devait composer sans Do Rosario, Vaillant et Schroeder. Tellin, lui, est rentré bredouille et déçu. D'autant plus que son gardien, Sébastien Libert, a dû déclarer forfait dès l'échauffement, obligeant ce vieux briscard de Bilal Karadag à enfiler les gants.

Bercheux 1 – Saint-Pierre 5

«Si quelqu'un te frappe la joue droite, présente-lui encore l'autre». Évangile selon Saint Matthieu, chapitre V, verset 39. Est-ce pour respecter la sainte parole que les Bercheutois, déjà giflés (1-6) par Chaumont mercredi, ont accepté de ramasser une deuxième torgnole, samedi soir? À moins qu'il ne faille voir, dans cette nouvelle correction, que la conséquence des absences conjuguées des deux portiers locaux, Goosse et Crochet, tous deux blessés. Toujours est-il que leur suppléant du soir, le malheureux Cornelis, a rapidement compris qu'il n'allait pas passer une soirée ludique et récréative. Après deux minutes de jeu seulement, il fauchait Toussaint dans la surface et se voyait obligé d'affronter Cédric Maury en duel. Sans pitié, le meneur de jeu pierrot exécutait la sentence (0-1). L'attaquant local Garcia lançait rapidement la rébellion, en égalisant dès la 10' (1-1). Mais cette insurrection était tuée dans l'œuf par un Jean des grands soirs. En crucifiant Cornelis par deux fois (1-2, score à la pause, puis 1-3), le médian de Saint-Pierre renvoyait tout Bercheux dans sa torpeur. Un autre doublé, celui de Toussaint (1-4; 1-5), ne rendra pas le sourire aux aficionados locaux, que du contraire. Ces derniers doivent se dire qu'il est déjà loin, le temps où le FC Bercheux tenait le FCJLA en échec en le réduisant au mutisme le plus complet. Ceci ne remonte, pourtant, qu'à neuf petits mois (0-0 fin novembre 2011).

Chaumont 4 – Poupehan 1(match arrêté à la 69')

Alors qu'une troisième victoire consécutive se profilait pour Chaumont, le match a été arrêté par l'arbitre, David Englebert. Celui-ci n'a eu d'autre alternative, puisque les Poupinots ont décidé de quitter le terrain après 69 minutes de jeu, à la demande de leur délégué, Alex Debune. Les frontaliers n'ont semble-t-il pas digéré le quatrième but de Chaumont, inscrit cinq minutes plus tôt par Marc Maréchal. En effet, trois joueurs de Poupehan verront rouge dans la foulée de cette quatrième rose. À savoir Michel, Robson et Ristevski, tous exclus pour deux jaunes. Alex Debune, délégué et président de Poupehan, venait également d'être renvoyé derrière les balustrades par le directeur de jeu. «J'ai déjà vu beaucoup de matches dans ma vie, mais aucun ne s'était terminé de cette façon, s'étonne Gaby Ney, le délégué de Chaumont. Il faut toutefois noter qu'aucun joueur ou responsable de Poupehan n'a fait preuve d'agressivité. Ils sont rentrés au vestiaire dans le plus grand calme.»

Alex Debune donne sa version : «L'arbitre a subitement décidé de dégainer les cartons, après avoir validé le quatrième but de Chaumont, entaché d'un hors-jeu évident. Aucune insulte n'est sortie de ma bouche, ni de celle de l'un de mes joueurs. J'assume totalement ma décision. Je ne voulais pas que ça s'envenime et qu'on récolte encore deux, trois cartons. Je me suis excusé auprès des Chaumontois, avec lesquels il n'y a eu aucune friction. Entre joueurs, tout se passait très bien.»

Reste au CP à envoyer les convocations, désormais. Des 69 minutes de jeu, on retiendra que les Poupinots ont rapidement pris les commandes par Guknecht (0-1 à la 7'), avant de succomber sous les assauts des avants locaux et notamment ceux de Marc Maréchal, auteur d'un triplé. Le jeune Merche a lui aussi soigné ses statistiques personnelles en plantant le troisième but des siens, dès la reprise.

Sibret 0 – Nassogne 1

Quatrième victoire de rang, la troisième sur le plus petit écart, pour Nassogne, qui a émergé dans les arrêts de jeu. C'est Hassan Karali qui a libéré tout son clan, en profitant d'une approximation de Van Daele (0-1). Sandy Marchal, à nouveau aligné entre les perches, a donc rendu une parfaite clean sheet. «On méritait un point, estime Michaël Bourguignon, le délégué sibretois.François-Xavier Dewalque a frappé le bas du poteau juste après le but de Nassogne et à 0-0, un essai de Jean-Christophe Dewalque est sauvé sur la ligne par un défenseur visiteur.»

Bouillon 3 – Vaux-sur-Sûre 0

Celui qui ne s'est pas déplacé au pied du château, hier après-midi, n'a pas à le regretter. Il n'y avait guère qu'Arthur Weerts pour illuminer un débat tout sauf trépidant. Le jeune attaquant bouillonnais a mis au supplice la défense des Étoilés. Non content de déposer deux fois le ballon dans le soupirail de Georges (pour le 1-0 et le 3-0), il a également provoqué un penalty et l'exclusion de celui qui pourrait être son père, le libero visiteur Yves Prijot. Altruiste, il a laissé à Maxime Collard le soin de transformer le coup de réparation (2-0, score à la pause).

Neuvillers 7 – Sainte-Marie-W. 2

Sainte-Marie misait sur le derby communal face à Neuvillers pour enfin décoller. C'est raté, et bien raté. La faute, une nouvelle fois, à une défense aux allures de morceau d'emmental. Vingt et un buts encaissés en quatre matches, ça fait beaucoup. Neuvillers, lui, en a profité pour donner du travail à son préposé au marquoir. Pourtant privés de leur chef d'orchestre, Rausch (vacances), les hommes d'Arnaud Lays sont rentrés dans la dernière ligne visiteuse comme dans du beurre. Baulard (2), Collard, Brahy, Kandemir, Henry et Lays, impitoyables, se sont succédé pour alourdir la note. La troupe de Francis Plennevaux, elle, doit se consoler avec les buts de l'honneur signés Ska (5-1) et Remience (7-2). C'était déjà 4-0 à la pause.

Wellin 2 – Libin 0

Un coup de fusil et un coup de bol ont permis à Wellin de triompher hier après-midi face à Libin. Le fusilier s'appelle Jordan Mayanga. Un gri-gri et pan! Droit dans le plafond de Javaux, pour le 1-0, en milieu de première période. Le cocu, lui, a pour nom Fabian Hayon. En expédiant ce qui, à la base, devait être un centre directement dans la lunette opposée de Javaux, des 40 m, l'arrière latéral gauche de Wellin a compris qu'il avait tout intérêt à gratter un billet de la loterie nationale avant la fin de la journée (2-0 à la 65'). Entre-temps, Libin aurait pu recoller par Lodriguez, mais l'essai de celui-ci trouvait l'extérieur du montant de Pisvin. En fin de partie, alors que Libin jouait son va-tout, sans vraiment réussir à ébranler l'arrière-garde locale, Mayanga et Heligers manquaient tour à tour l'occasion d'accentuer l'addition. Wellin poursuit donc son sans-faute avant de rendre visite, dès vendredi, à un Bercheux sévèrement grippé.

Poupehan, mené 4-1, quitte le terrain à la 69’

PALISEUL - Samedi soir, Paliseul a chassé les Cerfs de la Place des Battys avec brio. Mais il aurait toutefois pu éviter à ses supporteurs quelques palpitations inutiles. Alors qu’Ansiaux et Regnier avaient fait bon usage de leurs cartouches pour donner deux buts d’avance aux Grenouilles, celles-ci ont oublié d’asséner le coup fatidique à leur proie. Si bien qu’en deux coups de cuiller à pot, Grandvoir, groggy mais loin d’être mort, se relevait et recollait à deux partout, grâce à Maron et Godart. Ce n’était toutefois que le sursaut d’orgueil d’une bête qui a fini par rendre son dernier souffle, succombant sous les balles de Caron (3-2) et Mahin (4-2). Avec neuf unités dans la gibecière, Paliseul démarre sur les mêmes bases que la saison passée. Ce qui ne fait semble-t-il pas que des heureux. Le buteur local, Ostojic (3 buts depuis le début de saison), a en effet rapidement déserté le stade, peu après son remplacement à la 50’.
Paliseul 4 – Grandvoir 2
Ochamps 2 – Tellin 1
À trois minutes près, Tellin engrangeait son premier point de la saison. Un coup de canon de Jourdan junior en toute fin de match en a décidé autrement. Avant cela, les deux équipes s’étaient neutralisées, Julien Englebert ayant répondu au but d’ouverture de Kaïr Isoupov avant la pause (1-1). «Une victoire dans la douleur», glisse Thierry Jourdan, qui devait composer sans Do Rosario, Vaillant et Schroeder. Tellin, lui, est rentré bredouille et déçu. D’autant plus que son gardien, Sébastien Libert, a dû déclarer forfait dès l’échauffement, obligeant ce vieux briscard de Bilal Karadag à enfiler les gants.
Bercheux 1 – Saint-Pierre 5
«Si quelqu’un te frappe la joue droite, présente-lui encore l’autre». Évangile selon Saint Matthieu, chapitre V, verset 39. Est-ce pour respecter la sainte parole que les Bercheutois, déjà giflés (1-6) par Chaumont mercredi, ont accepté de ramasser une deuxième torgnole, samedi soir? À moins qu’il ne faille voir, dans cette nouvelle correction, que la conséquence des absences conjuguées des deux portiers locaux, Goosse et Crochet, tous deux blessés. Toujours est-il que leur suppléant du soir, le malheureux Cornelis, a rapidement compris qu’il n’allait pas passer une soirée ludique et récréative. Après deux minutes de jeu seulement, il fauchait Toussaint dans la surface et se voyait obligé d’affronter Cédric Maury en duel. Sans pitié, le meneur de jeu pierrot exécutait la sentence (0-1). L’attaquant local Garcia lançait rapidement la rébellion, en égalisant dès la 10’ (1-1). Mais cette insurrection était tuée dans l’œuf par un Jean des grands soirs. En crucifiant Cornelis par deux fois (1-2, score à la pause, puis 1-3), le médian de Saint-Pierre renvoyait tout Bercheux dans sa torpeur. Un autre doublé, celui de Toussaint (1-4; 1-5), ne rendra pas le sourire aux aficionados locaux, que du contraire. Ces derniers doivent se dire qu’il est déjà loin, le temps où le FC Bercheux tenait le FCJLA en échec en le réduisant au mutisme le plus complet. Ceci ne remonte, pourtant, qu’à neuf petits mois (0-0 fin novembre 2011).
Chaumont 4 – Poupehan 1(match arrêté à la 69’)
Alors qu’une troisième victoire consécutive se profilait pour Chaumont, le match a été arrêté par l’arbitre, David Englebert. Celui-ci n’a eu d’autre alternative, puisque les Poupinots ont décidé de quitter le terrain après 69 minutes de jeu, à la demande de leur délégué, Alex Debune. Les frontaliers n’ont semble-t-il pas digéré le quatrième but de Chaumont, inscrit cinq minutes plus tôt par Marc Maréchal. En effet, trois joueurs de Poupehan verront rouge dans la foulée de cette quatrième rose. À savoir Michel, Robson et Ristevski, tous exclus pour deux jaunes. Alex Debune, délégué et président de Poupehan, venait également d’être renvoyé derrière les balustrades par le directeur de jeu. «J’ai déjà vu beaucoup de matches dans ma vie, mais aucun ne s’était terminé de cette façon, s’étonne Gaby Ney, le délégué de Chaumont. Il faut toutefois noter qu’aucun joueur ou responsable de Poupehan n’a fait preuve d’agressivité. Ils sont rentrés au vestiaire dans le plus grand calme.»
Alex Debune donne sa version : «L’arbitre a subitement décidé de dégainer les cartons, après avoir validé le quatrième but de Chaumont, entaché d’un hors-jeu évident. Aucune insulte n’est sortie de ma bouche, ni de celle de l’un de mes joueurs. J’assume totalement ma décision. Je ne voulais pas que ça s’envenime et qu’on récolte encore deux, trois cartons. Je me suis excusé auprès des Chaumontois, avec lesquels il n’y a eu aucune friction. Entre joueurs, tout se passait très bien.»
Reste au CP à envoyer les convocations, désormais. Des 69 minutes de jeu, on retiendra que les Poupinots ont rapidement pris les commandes par Guknecht (0-1 à la 7’), avant de succomber sous les assauts des avants locaux et notamment ceux de Marc Maréchal, auteur d’un triplé. Le jeune Merche a lui aussi soigné ses statistiques personnelles en plantant le troisième but des siens, dès la reprise.
Sibret 0 – Nassogne 1
Quatrième victoire de rang, la troisième sur le plus petit écart, pour Nassogne, qui a émergé dans les arrêts de jeu. C’est Hassan Karali qui a libéré tout son clan, en profitant d’une approximation de Van Daele (0-1). Sandy Marchal, à nouveau aligné entre les perches, a donc rendu une parfaite clean sheet. «On méritait un point, estime Michaël Bourguignon, le délégué sibretois.François-Xavier Dewalque a frappé le bas du poteau juste après le but de Nassogne et à 0-0, un essai de Jean-Christophe Dewalque est sauvé sur la ligne par un défenseur visiteur.»
Bouillon 3 – Vaux-sur-Sûre 0
Celui qui ne s’est pas déplacé au pied du château, hier après-midi, n’a pas à le regretter. Il n’y avait guère qu’Arthur Weerts pour illuminer un débat tout sauf trépidant. Le jeune attaquant bouillonnais a mis au supplice la défense des Étoilés. Non content de déposer deux fois le ballon dans le soupirail de Georges (pour le 1-0 et le 3-0), il a également provoqué un penalty et l’exclusion de celui qui pourrait être son père, le libero visiteur Yves Prijot. Altruiste, il a laissé à Maxime Collard le soin de transformer le coup de réparation (2-0, score à la pause).
Neuvillers 7 – Sainte-Marie-W. 2
Sainte-Marie misait sur le derby communal face à Neuvillers pour enfin décoller. C’est raté, et bien raté. La faute, une nouvelle fois, à une défense aux allures de morceau d’emmental. Vingt et un buts encaissés en quatre matches, ça fait beaucoup. Neuvillers, lui, en a profité pour donner du travail à son préposé au marquoir. Pourtant privés de leur chef d’orchestre, Rausch (vacances), les hommes d’Arnaud Lays sont rentrés dans la dernière ligne visiteuse comme dans du beurre. Baulard (2), Collard, Brahy, Kandemir, Henry et Lays, impitoyables, se sont succédé pour alourdir la note. La troupe de Francis Plennevaux, elle, doit se consoler avec les buts de l’honneur signés Ska (5-1) et Remience (7-2). C’était déjà 4-0 à la pause.
Wellin 2 – Libin 0
Un coup de fusil et un coup de bol ont permis à Wellin de triompher hier après-midi face à Libin. Le fusilier s’appelle Jordan Mayanga. Un gri-gri et pan! Droit dans le plafond de Javaux, pour le 1-0, en milieu de première période. Le cocu, lui, a pour nom Fabian Hayon. En expédiant ce qui, à la base, devait être un centre directement dans la lunette opposée de Javaux, des 40 m, l’arrière latéral gauche de Wellin a compris qu’il avait tout intérêt à gratter un billet de la loterie nationale avant la fin de la journée (2-0 à la 65’). Entre-temps, Libin aurait pu recoller par Lodriguez, mais l’essai de celui-ci trouvait l’extérieur du montant de Pisvin. En fin de partie, alors que Libin jouait son va-tout, sans vraiment réussir à ébranler l’arrière-garde locale, Mayanga et Heligers manquaient tour à tour l’occasion d’accentuer l’addition. Wellin poursuit donc son sans-faute avant de rendre visite, dès vendredi, à un Bercheux sévèrement grippé.

12 sur 12 pour Wellin après sa victoire contre Libin

Victoire de Wellin 2- 0 contre Libin sur des buts de

Jordan Mayanga
Fabian Hayon