samedi 30 novembre 2013

Défaite de Wellin contre Oppagne 1-3

L'unique but Wellinois est inscrit par Mayenga

Matz, le Ryan Giggs de Wellin

Source: lavenir - M. Pn.
Christophe Matz soufflera ses 40 bougies en février prochain.

Wellin - Oppagne ce Samedi soir à 20 h

Ryan Giggs, l’icône galloise de Manchester United, a soufflé ses 40 bougies, ce vendredi. Christophe Matz franchira le même cap, le 26 février prochain. Le Chestrolais d’adoption, parti de Wellin par la grande porte voici trois ans, y est revenu par la fenêtre, cet été. Demandez-lui s’il boite comme un vieux cheval le lundi matin et il vous répondra avec le sourire : «Je ne boite pas, mais je vous avoue que j’ai quand même mal aux pattes les lendemains de match. Mais je peux compter sur un coach compatissant : Gaëtan Dave ne me fait jamais jouer plus d’une heure. Je suis toutefois convaincu que je pourrais tenir nonante minutes.»

Et pour cause, Christophe Matz n’a pas pris un gramme depuis qu’il a rangé ses crampons au placard, en 2010. «Je me suis farci quelques trails et même un marathon l’an passé, donc sur le plan de l’endurance, j’ai du coffre à revendre, dit-il. En revanche, ne me demandez pas de prendre de vitesse Martial Goffaux ou Jordan Mayanga. L’explosivité, je ne la retrouverai sans doute jamais. C’est pourquoi je n’évolue plus devant, d’ailleurs. Gaëtan Dave m’aligne désormais en 8 et je m’y sens bien, dans le rond central. Je mise sur mon placement et j’essaye de faire le ménage dans le trafic aérien.»

À bientôt 40 balais et après trois ans d’arrêt, Christophe Matz a le droit de bomber le torse. Avec ses dix apparitions en quinze matches et ses trois buts, le citoyen de Neufchâteau prouve chaque week-end aux petits jeunes qu’il est encore loin de l’abattoir. «Si j’ai repris du service, ce n’est pas pour venir ramasser les pâquerettes, dit-il. Ok, j’ai 39 ans, mais je veux encore servir à quelque chose. Et je pense sincèrement que je peux apporter quelque chose à cette équipe. Être entouré de gamins de 20, 22 ans ne me pose aucun problème. À Wellin, ce sont tous de bons gars. Celui qui a le plus progressé depuis mon départ? Sans doute Bastien Talmas. Il n’avait que 16 ans quand je suis parti. Il a pris une autre dimension, depuis. Pour moi, il a le potentiel pour évoluer plus haut qu’en P1. J’apprécie aussi Jonathan Charles, un garçon qui connaît ses limites et qui a toujours les oreilles grandes ouvertes. Mais je pourrais en citer d’autres. Ce sont tous de charmants garçons.»

« Des sacrifices ? Je n’en faisais déjà pas à 25 ans… »

Gentleman devant l’éternel, Christophe Matz ne manque pas de remercier son épouse (et ses trois enfants) de lui avoir autorisé une dernière pige à Wellin. En revanche, ne comptez pas sur lui pour vous livrer les secrets de sa longévité. «Je n’ai pas vraiment de secrets, avoue-t-il. Vous savez, je ne soignais déjà pas particulièrement mon hygiène de vie quand j’avais 25 ans, alors ce n’est pas à 39 piges que je vais commencer à m’imposer des sacrifices. Si je joue encore à mon âge, c’est peut-être parce que je sais supporter la douleur.»M. Pn.

lundi 25 novembre 2013

Jordan Mayanga dans le 11 du premier tour !!!!

Dans l'avenir du Luxembourg de ce mardi, 
retrouvez l'équipe-type du premier tour désignée par notre rédaction sportive.


Rejoints au score à une poignée de secondes du coup de sifflet final - lavenir.net

La déception des hommes de Gaëtan Dave, rejoints au score à une poignée de secondes du coup de sifflet final, est double.

Si les Wellinois regrettent avant tout d’avoir laissé filer une seconde période qu’ils étaient parvenus à maîtriser, ils soupirent d’autant plus en voyant le nom de celui qui les a crucifiés à une minute du terme. Cédric Frisch, que certains auraient bien vu dehors à la suite d’un contact avec Martin. Contact qui a failli coûter l’exclusion à l’attaquant messancéen, déjà averti après un geste envers Nissenne, auteur d’un malheureux autogoal, seule ombre au tableau du défenseur famennois. Amertume donc, pour des visiteurs qui admettent par ailleurs être passés totalement à côté d’une première période hachée par trop de longs ballons. « Dommage, car dès que nous avons posé le jeu, l’effet a été instantané. Jusqu’à ce deuxième but qui rappelle celui de Vaux-Noville », explique le T1 Gaëtan Dave. Mayanga est en effet sorti brièvement de l’anonymat, le temps d’opérer deux mouvements successifs qui ont relancé la machine wellinoise : ce but en solo et ce centre pour Lejaxhe, dont la tête a failli faire mouche à la 56’ et a amorcé un quart d’heure de panique dans les rangs de Machado. Particulièrement dans le chef de Palmerini qui, après une malheureuse frappe au-dessus (12’) et une réelle offrande pour Libert (37’), a de nouveau manqué un caviar face au but (65’). Autant de gestes qui expliquent sans doute, en partie, l’actuelle recherche de renforts du côté de la route d’Arlon.¦

MESSANCY : Poncin 6, Schmit 7, Liégeois 6 (75’, Gouman), Caprasse 5, Palmerini 4, Roncen 5, Berkane 6, Brasseur 6, Monseu 6, Payen 5 (85’, Henry), Frisch 7 (90’, Glineur).

WELLIN : Libert 6, Nissenne 6, Martin 6, Mayanga 6, Schroeder 6, Bonmariage 6, A. Lejaxhe 7 (88’, Lefebvre), M. Lejaxhe 6, Charles 6, Talmas 5, Matz 7 (62’, Goffaux).

Arbitre : P. Ponthir 8. Bon placement, calme et usage d’une communication constructive.

Buts : Nissenne (14’, csc, 1-0), Mayanga (54’, 1-1), A. Lejaxhe (67’, 1-2), Frisch (89’, 2-2).

Cartons jaunes : Frisch, Gillet.

Assistance : 85.

Note du match : 6.

14’, corner en faveur de Messancy. Le cuir est dévié deux fois. D’abord par Berkane. Puis malencontreusement par Nissenne au cœur de sa propre défense (1-0).

54’, Mayanga voit son envoi heurter le poteau. Le Wellinois enchaîne son premier mouvement d’une reprise victorieuse (1-1).

67’, centre de Goffaux, fraîchement entré au jeu, en direction de Lejaxhe. L’attaquant s’élève littéralement et place une tête imparable (1-2).

89’, Frisch signe une frappe qui surprend Libert, masqué par sa défense (2-2).

samedi 23 novembre 2013

lundi 18 novembre 2013

Les dessins de Lesley : Les superbuteurs du week-end

CLIQUEZ SUR L'IMAGE POUR L'AGRANDIR


C’est tout Vaux qui a pris l’eau ! - lavenir.net

Source: lavenir
Yvon JUSSERET

BERTRIX - Les chiffres parlent d’eux-mêmes dans cette partie à sens unique. Si on doit mettre en évidence la vitesse d’exécution et l’efficacité wellinoises, il faut aussi reconnaître que Vaux est totalement passé à côté de son sujet.

VAUX-NOVILLE : Marette 5, Cordonnier 4 (56’, Vanesse 6), Lebrun 4, Tribolet 4, Fautré 6, Freid 5 (43’, Clausse 6), Dujardin 5, Houard 6, Bonjean 5, Zune 6, Servais 5.

WELLIN : Libert 7, Mayanga 8, Schroeder 7, Heligers 6, Goffaux 6, Bonmariage 6 (46’, Nissenne 6), A. Lejaxhe 8, M. Lejaxhe 7 (75’, Joosens), Charles 6, Talmas 7, Matz 7 (60’, Gillet 6).

Arbitre : A. Dauphin 7. Pour son premier match à cet échelon, le jeune arbitre s’en tire avec les honneurs. Seul bémol : quelques approximations sur les sorties de but.

Assistance : 80.

Note du match : 7.

Cartes jaunes : Tribolet, Fautré, Heligers, Bonmariage.
Buts : A. Lejaxhe (5’, 0-1), Matz (14’, 0-2), A. Lejaxhe (18’, 0-3 et 37’, 0-4), Matz (46’, 0-5), Clausse (55’, 1-5), Heligers (64’, 1-6), Talmas (83’, 1-7).

5’, mauvaise relance de Marette dans les pieds d’Arnaud Lejaxhe, qui ne s’attendait pas à une telle offrande pour ouvrir la marque (0-1)

14’, coup de coin de Mayanga sur la tête de Matz, qui dépose au fond (0-2).

18’, nouveau coup de coin rentrant de Mayanga, qui trouve A. Lejaxhe à la déviation dans une défense statique (0-3).

37’, belle combinaison entre Heligers et Mayanga dont l’envoi est repoussé par Tribolet vers Arnaud Lejaxhe, qui signe son triplé du jour (0-4).

46’, on retrouve Mayanga pour un coup de coin et du plat du pied, Matz alourdit la marque (0-5).


55’, superbe reprise lobée de Clausse face à Libert quelque peu avancé (1-5).

60’, faute sur Houard dans le rectangle. Lebrun tente la conversion, mais Libert s’interpose avec brio.

64’, Mayanga slalome entre deux défenseurs pour servir Heligers, dont le tir croisé fait mouche (1-6).

83’, Talmas met fin au calvaire visité avec un coup de casque sur un nouveau coup de coin de Mayanga (1-7).


Pas question d’incriminer seulement une défense locale aux abonnés absents, mais le scénario ne fut pas meilleur dans le secteur offensif. Le petit but pour «l’honneur» et un envoi de Fautré sur la transversale avant l’heure de jeu sont de nature à mettre un peu de baume au cœur du coach local Roland Debras. «Avec un 0-4 à la mi-temps, j’ai dit aux garçons qu’on allait avoir quatre ou cinq occasions en seconde période, mais qu’on n’avait plus droit à l’erreur à l’arrière. Les occasions, on les a, mais on ne les met pas et on flanche à nouveau dès la reprise.»

Dans les rangs wellinois, l’intensité de la sono à la rentrée au vestiaire donnait le ton d’une large victoire savourée comme il se doit. Mais pas question de triomphalisme dans le chef de Gaëtan Dave. «On a su profiter, cette fois, des quelques cadeaux de l’adversaire. Mais j’avais demandé de presser haut pour les mettre d’emblée en difficulté et on a bien réussi. Reste à confirmer!»

samedi 16 novembre 2013

Début réussi pour Sébastien Libert - lavenir.net


Vaux-Noville -Wellin ce Dimanche à  14h30

À Wellin, Edwin Merny a commencé la saison entre les perches avant que Marc Pisvin ne prenne le relais. Cependant, depuis le match à Marloie, Gaëtan Dave a fait de Sébastien Libert son dernier rempart.«Le coach est fort attaché à la présence aux entraînements et Marc Pisvin est parti quelques jours en vacances, indique Libert.Le coach a donc décidé de me donner ma chance contre Marloie. Je dois avouer que j’étais un peu surpris, surtout que je venais juste pour me mettre à disposition du club. En discutant avec le coach, j’ai senti qu’il y avait peut-être des possibilités.»

Marloie, Meix et Mormont: l’ancien portier de Tellin a directement été mis dans le bain pour ses débuts. «De toute manière, comme je viens de P2, tous les attaquants de la série ont un niveau supérieur à ce que j’ai pu connaître, ajoute-t-il. Au final, je pense que tout s’est plutôt bien passé jusqu’ici.»

vendredi 8 novembre 2013

Les dessins de Lesley : Remise générale ce week-end !

AU VU DES CONDITIONS CLIMATIQUES 
LE MATCH WELLIN - LA ROCHE A ÉTÉ REPORTÉ

CLIQUEZ SUR L'IMAGE POUR L'AGRANDIR

Remise générale

Le CP vient de décréter la remise générale de tous les matches officiels et amicaux prévus ce week-end des 8, 9 et 10 novembre.

lundi 4 novembre 2013

Gilles Schroeder dans le 11 du week-end


VIDEO : MORMONT - WELLIN 1-0

Un but de Chenon qui vaut son pesant d’or - lavenir.net

Source: lavenir
Francis COLLIN




Arnaud Lejaxhe tente de s’extirper de la gadoue et du marquage d’un Denis Crèvecœur souverain à nouveau en défense.

MORMONT - Rien ne vaut, paraît-il, un bon bain de boue pour soigner ses rhumatismes. Les acteurs de ce match ont eu droit hier après-midi à une cure gratuite.

De football, il n’a guère été question, surtout en seconde période avec des Wellinois tentant de combler leur handicap mais voyant quasi constamment le cuir mourir dans la gadoue parce qu’ils s’obstinaient à passer par le centre. Notez que dès l’instant où ils optaient pour de longs ballons, Crèvecœur se faisait un plaisir de les renvoyer systématiquement, bien imité d’ailleurs dans l’autre zone par Nissenne et surtout l’impérial homme au masque, Schroeder.

MORMONT : Regnier 6, Collard 6, Delville 5 (46’, Biswali 6), Crèvecœur 8, Jalhay 5, Paulus 6, Pasaoglu 5, Jardez 5, Yansenne 5, Schmitz 7 (62’, Zervakis), Chenon 7 (89’ Mertens).

WELLIN : Libert 6, Nissenne 7, Martin 6, Schroeder 8, Goffaux 6, Mayanga 6, Heligers 6, Bonmariage 5 (72’, M. Lejaxhe), A. Lejaxhe 5, Charles 5 (46’, Benassy 5), Talmas 6 (84’, Gillet).

Arbitre : L. Molitor, 8. Impeccable de bout en bout. Grosse sérénité.

Cartes jaunes : Talmas, Martin.

But : Chenon (22’, 1-0).

Assistance : 120.

Note du match : 5

22, centre de Schmitz et volée imparable de Chenon (1-0).

S’il a rarement mis le jeune Libert en difficulté, Mormont est toutefois rentré avec la satisfaction du devoir accompli. Le but superbe de Chenon suffit d’autant plus à son bonheur que les Bomalois ont craqué à Meix, une semaine avant le derby.

Leemans croise toutefois les doigts car Schmitz, à nouveau très incisif, a dû rentrer prématurément, touché à la malléole.

Hormis une frappe de Pasaoglu sur l’une des rares attaques locales bien construites, les Mormontois ont surtout laissé venir leurs hôtes, sans jamais leur asséner le K.-O., même lorsqu’ils se sont retrouvés à quatre face au seul Schroeder en fin de match.

Les Wellinois, eux, nourriront des regrets. D’abord parce que, sur cette surface de jeu, leurs artistes – Mayanga et Heligers – n’ont pu s’exprimer. Ensuite parce qu’ils ont laissé passer leur chance sur un cadeau de Jalhay tout en début du second acte. A. Lejaxhe n’a pas exploité cette offrande face à Regnier. Un Regnier qui a dû sortir en kamikaze sur la première incursion de M. Lejaxhe, après avoir aussi fait le ménage par deux fois sur des tentatives d’Heligers. Non, aux points, Wellin n’est pas payé. Mormont, lui, apparaît une nouvelle fois comme le tout grand bénéficiaire du week-end.

samedi 2 novembre 2013

Pol Leemans : « Le maillot de Gaëtan était toujours propre »


Source: lavenir
Mathieu PELTGEN

Mormont-Wellin ce Dimanche 14h30


Mormont vise une huitième victoire consécutive, ce week-end. Quant à son entraîneur, Pol Leemans, il se réjouit de retrouver Gaëtan Dave, un garçon qu’il connaît fort bien pour l’avoir entraîné tant à Marloie qu’à Melreux. «J’étais allé le chercher en juniors à Ciney lorsque j’officiais à Marloie, se rappelle le mentor mormontois. Gaëtan était un médian récupérateur intelligent et doté d’une super mentalité. J’ai toujours dit qu’il deviendrait entraîneur, un jour. En revanche, il avait un gros défaut : son maillot était toujours propre après un match. Je pense que je ne l’ai jamais vu tacler, sourit un Pol Leemans qui ne s’attend pas à une partie de plaisir, malgré l’écart qui sépare les deux formations au classement. Je suis allé voir Wellin à Marloie, voici quinze jours, et j’ai été impressionné par sa reconversion offensive. Mayanga et Martin avaient fait très mal, sur les flancs.»

Pol Leemans a d’autant plus de raisons de se méfier que l’élève aura certainement envie de prouver, dimanche à La Forge, qu’il a dépassé le maître. Comprenez par là que Gaëtan Dave, qui pourra enfin compter sur un groupe au grand complet, meurt certainement d’envie de jouer un vilain tour à son ancien coach. «On s’est toujours bien entendu, Pol et moi, glisse l’entraîneur de Wellin. À Melreux, durant les dernières saisons que nous avons passées ensemble, j’étais son relais sur le terrain. Il me reproche de ne pas avoir taclé suffisamment? C’est bien Pol, ça! Avec lui, il faut foncer, rentrer dedans. Si je taclais très peu, c’est sans doute parce que j’étais souvent bien placé (rires). Non, sérieusement, il a un peu raison. Ce n’est pas pour rien que l’on me surnommait Monsieur Propre.»

« Des ballons à la placedes globules rouges »

Et le coach des Jaune et Bleu de dresser le portrait de son ex-cornac. «Pol, il a des ballons à la place des globules rouges, sourit Gaëtan Dave. Bon, je pense qu’il s’est un peu calmé avec les années, mais lorsque je l’ai connu, il était plutôt explosif. Et son énergie, il parvenait à la transmettre à son équipe. C’était sa force. Me suis-je inspiré de lui? Je ne suis pas un deuxième Leemans, si c’est ce que vous voulez savoir. Avec lui, on avait les cuisses doublées de volume après un entraînement et on se faisait sermonner après les matches, si on ne rentrait pas tout dégoûtant au vestiaire (rires). J’insiste moins sur le physique que lui. En revanche, comme lui, j’attends un maximum de sérieux de la part de mes joueurs. Avec lui comme avec moi, mieux vaut éviter de brosser un entraînement.»