jeudi 30 avril 2015

lundi 27 avril 2015

Les champions ont mis du temps à trouver la faille dans le derby communal

Sources : M. Pn. - L'Avenir

Tellin 0 – Wellin 1

 «Pas évident sur ce terrain super sautillant», glisse Gaëtan Dave, en guise de circonstance atténuante. «Le terrain? Je pense que c’est, surtout, notre bonne organisation qui les a gênés», rétorque Patrick Charles, son homologue tellinois. Pourtant réduit à dix dès la demi-heure, après l’exclusion de John pour deux jaunes, Tellin a longtemps résisté au leader, pour finalement craquer à huit minutes du terme sur un coup de casque de David Lion (0-1). Tellin aurait même pu créer la surprise si Plos avait trouvé l’ouverture sur coup franc au premier acte. Son envoi, dévié in extremis par Wigny, a terminé sa course sur le poteau, alors que le marquoir affichait toujours 0-0.



Grandvoir 4 – Bure 0

Excellente opération pour les Cerfs, qui renvoient Bouillon à quatre points, Tellin à cinq, et qui rappliquent à deux unités de Martelange. Le maintien est en bonne voie.

Face à la lanterne rouge, la troupe de Benjamin Décamps n’a jamais tremblé. Deux déviations de la tête de Godart mettaient les visités sur le velours dès la demi-heure (2-0). Le futur joueur-entraîneur de Paliseul ratera le triplé dans la foulée, Mont repoussant son penalty. Après la pause, Collignon (3-0) et Michiels, servi par Simon, enfonceront le clou (4-0). Une victoire à Ochamps jeudi ou face à Martelange dimanche et Grandvoir prolongera son bail en P2.

Ochamps 4 – Bercheux 0

Ochamps reste en embuscade et maintient la pression sur Poupehan et Libin dans la course pour le tour final. Les Canaris ont aisément disposé de Bercheux, hier après-midi. L’unique but du premier acte est l’œuvre d’Arnould, à l’affût sur un coup franc de Do Rosario repoussé par Marichal (1-0). Après la pause, Nicolay facilitera la tâche d’Ochamps en trompant son propre gardien (2-0). Baudot et Zévenne se feront le plaisir de donner un peu de relief au score dans la dernière demi-heure (4-0).

Bouillon 0 – Saint-Pierre 3

Bouillon, toujours invaincu à domicile en 2015 avant ce duel, a sérieusement compromis ses espoirs de maintien direct en s’inclinant face à Saint-Pierre.

Ce brevet d’invincibilité, Arnould (0-1 au premier acte) et Kévin Touillaux, auteur d’un doublé en deuxième période (0-3), l’ont fait voler en éclats. «Le score est un peu forcé, reconnaît Alain Scius, le vice-président pierrot. Ce Bouillon-là est bien plus costaud qu’au premier tour. Avec la même équipe depuis le début de saison, ils seraient certainement sauvés à l’heure qu’il est.»Un compliment qui fait une belle jambe aux Bouillonnais, lesquels sont dans l’obligation de faire le plein face à Tellin et Paliseul s’ils veulent conserver une chance de se sauver en P2 sans devoir passer par les barrages.

Paliseul 2 – Martelange 1

Troisième victoire de rang à domicile pour Paliseul, qui clôture ce championnat à 200 à l’heure, après l’avoir démarré avec le frein à main. Au quart d’heure, Poncelet sort de sa défense sur une phase arrêtée et vient placer sa tignasse pour ouvrir la marque (1-0). Regnier, à nouveau aligné en pointe, réalise le break d’un lob venu d’ailleurs (2-0). Soucieux de prendre une douche bien chaude, le même Regnier ira chercher sa deuxième carte jaune de l’après-midi à l’heure de jeu, après avoir asséné un coup de coude à un joueur ardoisier. De Michele (Martelange) ayant lui aussi croqué sa deuxième biscotte un peu plus tôt, les deux équipes termineront le match à dix contre dix. Paliseul conservera son butin malgré la réduction du score d’un Aoudache toujours en course pour le titre de meilleur réalisateur de la série (2-1).

Sibret 4 – Poupehan 3

Une surprise, cette victoire de Sibret? Pas vraiment. Si Poupehan occupe la deuxième place du classement, il éprouve bien des difficultés à s’imposer hors de ses bases depuis la reprise. Quatre des cinq derniers voyages des Poupinots se sont soldés par un revers. Déjà battus à Ochamps, Bercheux et Libin, les hommes de Manu Branco se sont cette fois cassé les dents sur des Sibrétois qui n’entendent pas terminer ce championnat en roue libre. La troupe de Fabrice Spoiden reste, d’ailleurs, sur une série de neuf matches sans défaite.

Hier, les Verts ont pris leurs hôtes à la gorge d’entrée de jeu, s’échappant à 3-0 à la demi-heure grâce à Louvins (2) et F.-X. Dewalque. Grandé, sur penalty, relançait Poupehan (3-1), mais Cocoméri rendait un peu d’air aux siens dans la foulée (4-1). Plié, le match? Pas vraiment. Avant la pause, Michel ramenait les siens à 4-2. Et à l’heure de jeu, Meddah pimentait un peu plus le final en réduisant l’écart à un but (4-3). La course-poursuite sera cependant vaine. «On a fait bloc pour préserver les trois points, mais ce fut dur, reconnaît Fabrice Spoiden.Poupehan est, pour moi, l’équipe qui développe le plus beau jeu dans la série. Heureusement pour nous, les Poupinots étaient à côté de leurs pompes en début de match.»

Neuvillers 1 – Libin 3

Libin se devait de relever la tête, après son double couac face à Bercheux et Paliseul à domicile. Les Bleus ont rempli leur contrat.

Rausch débloque le marquoir à la demi-heure… en envoyant bien involontairement le ballon dans ses propres filets (0-1). La réaction de Neuvillers ne se fait pas attendre. Sur un corner, Jacques envoie un missile que De Backer repousse de la main à même la ligne, tel un Schmeichel de la grande époque. À la surprise du tout Neuvillers, l’arbitre reste de marbre. Les Libinois, eux, peuvent souffler: ils auraient dû être réduits à dix et sanctionnés d’un penalty.

Les visités doivent finalement attendre le deuxième acte pour égaliser. Dès la reprise, Rausch trouve Léonard au second poteau, ce dernier ne se fait pas prier (1-1). Le même Rausch perd toutefois rapidement le sourire: il ramasse sa deuxième jaune dans la foulée et est renvoyé au vestiaire. Libin, lui, n’a pas le temps de profiter de sa supériorité numérique: Englebert reçoit son deuxième bristol une minute plus tard.



À dix contre dix, Libin émergera grâce à Collignon et Cavelier, servi sur un plateau par Jacques (1-3). Un bémol toutefois pour les Libinois: Nicolay a reçu sa sixième carte et il ratera, à l’instar d’Englebert, le déplacement à Saint-Pierre jeudi.

lundi 20 avril 2015

Chaud, Delahaut, chaud, chaud, chaud Delahaut: sept buts en deux matches pour le Wellinois

SOURCES : M. Pn. - L'Avenir



Wellin 7 – Grandvoir 1

Si les Cerfs de Grandvoir pensaient tomber sur des champions démobilisés, une semaine après la conquête de leur titre, ils sont rapidement retombés les pieds sur terre, samedi soir. Les hommes de Gaëtan Dave ont fait honneur à leur statut en remportant leur neuvième victoire de la saison par plus de trois buts d’écart. Il leur reste trois matches (Tellin, Poupehan et Libin) pour en planter douze et atteindre la barre symbolique des cent buts marqués en championnat.

Un challenge que les Jaune et Bleu réussiront les doigts dans le nez si Martin Delahaut (18 ans) continue à flamber. Le jeune play-boy wellinois affiche un ratio buts/minutes jouées digne de Messi et Cristiano Ronaldo. Auteur d’un triplé en trente minutes le week-end dernier, Delahaut s’est, cette fois, offert un quadruplé, laissant les miettes à Pigeon, Martin et A. Lejaxhe (un but chacun). Décamps, le joueur-entraîneur de Grandvoir, s’est attelé à sauver l’honneur des siens en début de seconde période (4-1).

Notons que Wellin a fêté un deuxième titre ce week-end: les scolaires ont imité leurs aînés en prenant la mesure d’Hargimont, sur un score de forfait.

Libin 1 – Paliseul 3

Libin, qui était resté invaincu pendant un an et demi à domicile, a essuyé un deuxième revers de rang sur son terrain, samedi soir. À croire que les hommes de Rudy Yans ont envie d’être en vacances dès le 3 mai et que le tour final ne les intéresse pas.

Comme bien d’autres équipes de la série, Libin s’est fait plomber par Arnaud Lays, à nouveau auteur d’un doublé. Le globe-trotteur des Grenouilles a ouvert et clôturé la marque (0-1; 1-3 sur penalty). Entretemps, Regnier, d’un tir enveloppé à la Thierry Henry (0-2), et Jacques, à la suite d’une relance périlleuse de Martin (1-2), avaient tenu l’assistance en haleine. Franky Martins de Sa, lui, s’est chargé de soigner le spectacle, à grands coups de talonnades et, spécialité du chef oblige, de petits ponts. Ce ne sont pas Collignon et Defoin, ses victimes, qui diront le contraire.

Rien d’autre à signaler, si ce n’est l’excellent arbitrage de M. Mernier.

Bercheux 0 – Bouillon 2

Les quatre derniers matches de Bercheux avaient été plutôt spectaculaires (35 buts au total). La nocturne de samedi soir a été nettement moins palpitante, mais les Bouillonnais s’en moquent comme de l’an quarante: ils devaient à tout prix gagner et ils l’ont fait.

La troupe de Rudy Albert n’avait sans doute pas oublié le couac du match aller. Vainqueur sur le terrain (2-1), elle avait finalement perdu le match sur tapis vert (0-5), à la suite d’une réclamation de Bercheux (des joueurs non qualifiés avaient joué).

Cette fois, les Bouillonnais conserveront leurs trois unités. Les Bercheutois, eux, ont fait la connaissance de Mahamadou Sacko. La perle noire des frontaliers a conduit les siens à la victoire du bas de ses 20 ans, en plantant une rose dans chaque mi-temps. Bouillon dépasse Tellin et rapplique à une unité de Grandvoir. Du coup, le maintien n’a plus rien d’une utopie pour une équipe qui, rappelons-le, ne comptait que quatre petites unités à la trêve.

Martelange 1 – Ochamps 3

Juteuse opération pour Ochamps, dans la course au tour final. Les Canaris, qui semblaient hors du coup après leur récent 1/9, sont complètement relancés après leur succès à Martelange. Pourtant, tout avait mal démarré pour l’escouade d’Abdel El Abar. Dès la 5’, Aoudache profitait du laxisme de la défense locale pour ouvrir la marque (1-0). La solution est venue sur phase arrêtée pour Ochamps. Do Rosario déposait le ballon chez Schroeder, qui rétablissait la parité (1-1). En fin de premier acte, Baudot mettait à profit un centre en retrait de Zévenne pour donner l’avantage aux visiteurs (1-2). Après la pause, Martelange ne profitera pas des quelques minutes de flottement dans les rangs d’Ochamps. Et en contre-attaque, Zévenne s’en ira planter le numéro 3. « Avec le partage de Poupehan et le revers de Libin, on se replace, se réjouit Jonathan Do Rosario. Il y a une semaine, on ne pensait plus pouvoir terminer sur le podium. Après ce week-end, on y croit plus que jamais. D’autant plus que notre calendrier (Bercheux, Grandvoir, Tellin) semble moins compliqué que celui de Libin (Neuvillers, Saint-Pierre, Wellin).»

Saint-Pierre 3 – Tellin 0

Victoire au petit trot pour Saint-Pierre, face à une équipe de Tellin qui n’a pu opposer que son courage. Le succès des Orangés n’a pas tardé à se dessiner: dès la deuxième minute, l’essai lointain de Toussaint finit au fond des filets (1-0). «On s’est ensuite procuré beaucoup d’occasions, mais il a fallu attendre les vingt dernières minutes pour se rassurer définitivement», glisse Alain Scius, le vice-président pierrot. Plainchamp inscrit le but de la libération, sans faire preuve de génie: après une reprise d’Isoupov repoussée par le gardien tellinois, le citoyen de Grandvoir n’a plus qu’à pousser la chique dans le but vide (2-0). Touillaux, d’un tir au ras du poteau, posera la cerise sur le gâteau en fin de match (3-0).

Ce succès permet aux Pierrots de reprendre la cinquième place à Neuvillers, dans la petite guéguerre communale.

Bure 1 – Sibret 3

Dixième match en 2015 et dixième défaite pour Bure. Mais cela n’empêche pas Daniel Golinveau de tirer un grand coup de chapeau à ses hommes. «J’ai vécu quelque chose d’historique, confie l’entraîneur burois. En une semaine, j’ai enregistré pas moins de onze défections. Du jamais vu en 30 ans de coaching. Par chance, j’ai pu compter sur le concours de cinq joueurs de réserve pour pouvoir coucher douze noms sur la feuille de match. Benoît Wanlin était mon seul réserviste. Après le match, tous m’ont demandé de reconduire la même équipe la semaine prochaine.»

Menés 0-2 à la pause, buts de S. Dewalque puis T. Roland, sur penalty, Bure a bien failli créer l’exploit en fin de match. À sept minutes du terme, Brilot, sorti de sa défense, ramenait à 1-2. Et une minute plus tard, Collin ratait la balle d’égalisation. Cocoméri tuera définitivement le suspense dans la foulée.

Poupehan 3 – Neuvillers 3

Averse de buts hier à Poupehan. Pourtant, les deux gardiens ont sorti le grand jeu à plusieurs reprises. «Le match aurait pu se terminer par un 6-6», assure le président poupinot Alex Debune. A. Léonard lance les hostilités sur coup franc dès la 10’ (0-1). Guknecht, servi sur un plateau par Klaus, démontre qu’il a de la repartie (1-1), mais Neuvillers reprend l’avantage juste avant le retour aux vestiaires, grâce au même Léonard, bien décidé à terminer pichichi de la série (1-2).

Dès la reprise, Klaus termine une phase d’école initiée par Robinet et Grandé (2-2). Le danger passe d’un camp à l’autre comme dans un match de Premier League. À un quart d’heure du terme, M. Muller offre un penalty à Neuvillers. Léonard a le triplé au bout des studs, mais De Oliveira s’interpose. Meddah, lui aussi en course pour le titre de meilleur buteur, croit offrir la victoire à Poupehan à deux minutes du terme (3-2). Une joie prématurée, puisqu’après de longues minutes d’arrêts de jeu, Brundseaux sortira de sa boîte pour rétablir la parité (3-3). Définitivement cette fois.

jeudi 16 avril 2015

Match des Champions ce samedi à 20h00

Venez fêter le titre à domicile avec tous les anciens 
joueurs et membres Wellinois

On compte sur votre soutien !


mercredi 15 avril 2015

Les 3 hommes du titre, le plus drôle, le plus dragueur,...

Sources : Sud-Presse, Laurent Trotta

Benassy: «Dave, le meilleur coach»

Trois arrivées, deux départs

sources : M. Pn. - L'Avenir

 Après neuf campagnes à Wellin, 
dont trois comme T2, Stéphane Dubois (avec l’écharpe) 
enfilera le training de T1 à Neuvillers.

Pour l’heure, Wellin a officialisé trois arrivées, toutes trois en provenance de la province de Namur. Dimitri Simon, passé jadis par Melreux, s’offrira une dernière pige en première provinciale, à 34 ans.

Actif depuis deux saisons comme joueur-entraîneur à Sinsin (P3), il apportera son endurance de marathonien et son expérience dans la ligne médiane.

Les deux autres renforts s’appellent Erwin Guidon et Cédric Magis. Le premier débarquera de Rhisnes (P2), avec son sens du but, et le second de Beauraing, avec son explosivité. Guidon, auteur d’une trentaine de buts ces deux dernières saisons, aura pour mission d’alimenter le marquoir.

Quant à Magis, il devra pistonner sur le flanc. Ce garçon s’est révélé la saison dernière en inscrivant dix buts en première provinciale, à seulement 18 ans. Il fêtera son vingtième anniversaire le 5 juin prochain, a planté six roses cette saison et est le troisième joueur le plus utilisé à Beauraing en championnat. Des statistiques prometteuses.

Benassy: «Dave, le meilleur coach»

Dans l’autre sens, deux départs sont actés pour le moment. À commencer par celui de Baptiste Benassy, qui rejoindra Rochefort (6e en P1 namuroise). «Je quitterai Wellin avec un petit pincement au cœur, mais je pense avoir effectué le bon choix, confie l’intéressé. Je me rapproche de mon domicile et je rejoins un club ambitieux. En tout cas, j’ai pris beaucoup de plaisir à travailler avec Gaëtan Dave. Je suis encore jeune (21 ans), mais c’est le meilleur coach que j’ai connu jusqu’ici. Il trouve toujours les bons mots lorsqu’il s’adresse à ses joueurs.»

Martial Goffaux en route pour Orgeo

Autre départ, plus anecdotique, celui de Martial Goffaux, bloqué à l’infirmerie depuis plus d’un an. Le Baudet, qui n’a pas joué une seule minute cette saison, rejoindra son frère Vivian à Orgeo (P3).

Fin de l’aventure aussi pour Stéphane Dubois, ancien défenseur du club et T2 de Gaëtan Dave depuis trois ans. La saison prochaine, après neuf campagnes à Wellin, il volera de ses propres ailes et endossera le costume d’entraîneur principal à Neuvillers.

Dave : « Aucune star dans mon groupe »

Interview : Mathieu PELTGEN - L'Avenir

Troisième titre en six ans pour Gaëtan Dave.Le deuxième avec Wellin. Mais cette fois, le coach des champions n’entend plus faire l’aller-retour.

En six années de coaching 
(trois à Hargimont, trois à Wellin), Gaëtan Dave 
a connu trois titres, un tour final 
et une demi-finale de Coupe

Gaëtan Dave, vous êtes sorti du lit à quelle heure, lundi matin?
Tôt, très tôt. 6h45. Je donne des stages cette semaine. J’ai quitté Wellin à 23h30, dimanche soir.

Lors des pronostics d’avant-saison, vous ne placiez pas votre équipe sur le podium. C’était du bluff ou de la modestie?

Ce n’était pas du bluff. On sortait d’une très mauvaise préparation. Je me souviens même avoir demandé à mon capitaine (Nicolas Bonmariage) si cette troisième année à Wellin n’était pas celle de trop, pour moi. J’ai dit à mes joueurs que s’ils continuaient de la sorte, en s’entraînant à moitié, ils allaient droit dans le mur. Heureusement, ils ont parfaitement réagi.

Ils ont néanmoins perdu le premier match de championnat, à Neuvillers…
C’est vrai, mais ce revers ne m’a pas inquiété. Nous avons démarré la saison avec beaucoup d’absents. Nous nous sommes d’ailleurs inclinés à Salmchâteau (P3), en Coupe, en septembre. Si on rejoue ce match aujourd’hui, on leur en passe dix. Dès que nous avons été au complet, nous avons atteint notre vitesse de croisière.

Deuxième titre avec Wellin pour Fabian Hayon, 
à gauche. Le capitaine Nicolas Bonmariage, 
à droite, fait encore mieuxil a fêté son troisième 
sacre ce dimanche (2009, 2013, 2015), 
tout comme Morgan Lejaxhe et Stéphane Dubois

Et vous n’avez jamais été inquiétés: 22 matches, 20 victoires, un nul, une défaite. Wellin s’est ennuyé, en P2?
Non, car on apprend toujours. Mes garçons ont progressé. Je n’ai aucune star dans mon groupe, mais un bloc solide. On sent que le collectif est mieux huilé qu’il y a un an. Je pense qu’il n’est pas prétentieux de dire qu’aucun de nos poursuivants ne nous a mis en danger. Au premier tour, on s’est imposé 1-4 à Poupehan. On pouvait gagner 1-7. Contre Ochamps, on gagne 5-2. Face à Libin, la victoire a mis du temps à se dessiner (2-0), mais nous étions supérieurs dans le jeu. Après ces trois matches, on a compris que ça sentait bon. Il restait à bien redémarrer après la trêve. On l’a fait.

Parfois avec un groupe diminué…

Effectivement. Contre Saint-Pierre, nous étions treize sur la feuille, avec moi. À Bercheux, idem, et on gagne 0-6.

Ceci signifie que Wellin va devoir beaucoup transférer cet été?

Non. J’ai toujours préféré la qualité à la quantité. Dix-neuf, vingt joueurs, c’est assez. À quoi bon avoir un groupe de 26 joueurs si c’est pour faire dix mécontents tous les week-ends? On a déjà fait signer trois joueurs (voir ci-dessous). On devrait encore officialiser l’une ou l’autre arrivée. Léon Benassy pourrait revenir de Tellin. Nous avons aussi contacté le frère de Gilles Schroeder, Thomas (NDLR, joueur d’Ochamps). Et on cherche aussi un gaucher, car nous n’en comptons que deux dans l’effectif (NDLR, Hayon et Joosens).


Christophe Manz, président depuis février,
 a copieusement arrosé ses ouailles


Les trois joueurs qui ont signé viennent du Namurois. C’est difficile, pour Wellin, de trouver des joueurs en province de Luxembourg?

Assez, oui. D’une part, à cause de notre situation géographique. D’autre part, parce que nos moyens sont limités. L’étiquette que le club traîne depuis plusieurs années joue peut-être également dans la tête de certains garçons. Wellin a l’image d’une équipe qui pratique le kick and rush. Je me bats pour qu’on s’en débarrasse. Taper le ballon loin devant et courir, cela ne m’intéresse pas. La preuve, dans les matches amicaux, j’interdis à mon gardien de dégager le ballon. Je l’oblige à relancer sur un défenseur.

Benjamin Wigny (gardien) et David Lion (défenseur), arrivés l’été dernier, ont dû vous combler de bonheur cette saison. Ils correspondent parfaitement à votre philosophie du football, non?

Tout à fait. Ils n’ont pas peur d’avoir le ballon dans les pieds. La possession de balle, c’est important. Quand tu as le ballon, ton adversaire ne peut pas marquer. Ce qui ne veut pas dire qu’il n’est pas utile, parfois, de balancer le ballon dans les sapins…

Vous pensez que vous pourrez continuer à développer le même jeu en première provinciale?

Oui, à condition de jouer deux fois plus vite. Le joueur qui tracte deux caravanes, il n’aura pas sa place en P1. À ce niveau, chaque erreur se paye cash.

La descente de l’an passé vous reste en travers de la gorge?

Oui, je suis revanchard. Je veux prouver que Wellin a sa place en première provinciale. Ce qui ne signifie pas qu’on s’attend à jouer les premiers rôles, évidemment. D’autant moins que la série s’annonce des plus relevées.

mardi 7 avril 2015

lundi 6 avril 2015

La fête reportée d'une semaine suite au match nul 2-2 à Sibret


Paliseul - Ochamps 2-0
Bouillon - Martelange 1-0
Grandvoir - St-Pierre 1-1
Sibret - Wellin 2-2
Neuvillers - Bure 6-0
Libin - Poupehan 2-0
Tellin - Bercheux 2-8


1Wellin21
58
2Libin21
44
3Poupehan20
40
4Ochamps21
38







Wellin pas encore champion

Les Wellinois ont arraché le nul 2-2 à Sibret avec des buts des frères Lejaxhe

Libin à gagné face à Poupehan

Les Wellinois doivent encore attendre une semaine de plus !


dimanche 5 avril 2015

2B : Wellin sera-t-il sacré lundi ? (sources : l'avenir.net)

Wellin, facile vainqueur de la lanterne rouge Bure (8-0) samedi soir, emportera les caisses de champagne, demain, à Sibret. Pourra-t-il faire sauter les bouchons ? Pas sûr.



















Le leader ne sera champion ce lundi qu’à deux conditions : il doit s’imposer à Sibret et espérer, dans le même temps, que Poupehan ne l’emporte pas à Libin. Si les Poupinots, vainqueurs 1-3 à Saint-Pierre samedi, s’imposent, la fête sera automatiquement reportée pour les Jaune et Bleus.

Dans la course au tour final, Ochamps a réalisé la mauvaise opération de la journée en s’inclinant 3-0 à Sibret, où Tom Roland a ajouté deux buts à son compteur. Libin, qui a dominé Bercheux (2-5), en profite pour prendre trois longueurs d’avance sur les Canaris. Le duel entre Libin et Poupehan pourrait toutefois permettre aux hommes d’El Abar, en visite à Paliseul, de rattraper leur retard.

Enfin, dans le bas de tableau, il n’y a pas eu de vainqueur dans le duel de la peur entre Bouillon et Grandvoir. Menés 2-0 après 20’, les Cerfs ont finalement égalisé en toute fin de partie. Ce lundi, Bouillon recevra Martelange, pour un nouveau match à six points. Les Ardoisiers, qui n’ont plus pris le moindre point en déplacement depuis le 19 octobre, ont tout intérêt à s’imposer s’ils veulent se donner un peu d’air. Mais cela servirait-il à quelque chose ? En coulisses, les nouvelles ne sont toujours pas réjouissantes. A l’heure qu’il est, la probabilité que Martelange aligne une équipe fanion la saison prochaine semble plutôt mince.

2B: la fête est reportée pour Wellin (sources : Sud-Presse)


L’autoritaire leader s’est facilement imposé contre Bure
 mais ne sera sans doute pas champion ce week-end.




WELLIN 8

BURE 0

Face à la lanterne rouge, il ne fallait pas s’attendre à voir une surprise au niveau du résultat. La fête est automatiquement reportée de quelques jours, suite aux succès de Poupehan et Libin. C’est déjà sur le score de 6-0 à la mi-temps que le leader rejoint les vestiaires. Trois doublés signés Florent Martin (5e, 34e), Morgan Lejaxhe (6e, 22e) et Dylan Joossens (32e, 43e). Daniel Golinveau fait trois changements à la pause mais son équipe encaisse quand même deux autres buts après les citrons. Lemaire (71e) et « JJ » Pochet (75e) se sont eux aussi fait plaisir.

SAINT-PIERRE 1

POUPEHAN 3

Les Poupinots n’ont pas fait dans le détail et obligent sans doute Wellin à reporter la fête à la semaine prochaine. Il ne faut que 15 minutes à Guillaume Robinet pour ouvrir la marque (0-1) et quatre de plus à son pote Sébastien Grandé pour déjà tuer le suspense (0-2). Alexandre Michel se blesse et cède ensuite sa place à Kévin Chilla mais rien ne change jusqu’à la pause. « Un coup au genou mais ça va mieux », précise Eric Crosnier. A la 67e, Sébastien Grandé augmente son capital (0-3) et Quentin Arnould atténuera le score à neuf minutes du terme (1-3). « Trop de déchets techniques de notre côté, résume le Pierrot Kair Isoupov.

BOUILLON 2

GRANDVOIR 2

Un point, ce n’est pas assez pour les deux clubs. Andy Molitor (15e) et Quentin Barré (42e) font 2-0 mais Bouillon va céder. Peu avant la pause, Anthony Michiels se distingue (2-1) et arrive ensuite le tournant du match avec la sortie de Vivien Boegen, trop nerveux. « L’arbitre l’avait dans le collimateur et je l’ai sorti car le carton lui pendait au nez. Ça nous a fait un trou au milieu. On avait tout en main pour gagner mais c’est logique au final », dit Rudy Albert. A noter que Mamadou Sacko s’est blessé (claquage). Aurélien Godart égalisera à la 53e et rien ne changera. « Nous avons été mauvais en première période et après, on a raté une dizaine d’occasions », relate pour sa part Benjamin Decamps.

MARTELANGE 3

NEUVILLERS 4

Pour la seconde fois consécutive, Eric Maury enfile les gants mais doit se retourner à deux reprises après à peine un bon quart d’heure. Ensuite, les Ardoisiers reviennent de loin (de 0-2 à 2-2) mais laissent filer le match. « A 0-2, on s’est fait peur et on a arrêté de jouer. Avec nos absents, j’ai même dû évoluer au poste de back gauche », en rigole Vincent Meyer qui a donc joué les Roberto Carlos hier après-midi. Un doublé d’Andy Léonard (16e, 78e), un but de Victor Lemaire (5e) et un autre de Duncan Brundseaux (84e) pour Neuvillers. A Martelange, Benwahada (75e) et Aoudache (89e) ont secoué les filets.

PALISEUL 5

TELLIN 0

Non, Tellin n’a pas encore déclaré forfait mais sur le terrain, les Grenouilles ont fait le spectacle et engrangent enfin un succès à domicile qui les fuyaient depuis le 23 novembre dernier. « On a dominé de bout en bout, tout en se créant énormément d’occasions. Avec le rapide et premier but de la saison d’Antoine Poncelet (15e), nous avons tout de suite été mis sur orbite et su gérer la partie », déclare Franky Martins de Sa. Lays, Chaidron, et Etienne ajoutent les quatre autres réalisations.

BERCHEUX 2

LIBIN 5

Après deux victoires consécutives, Bercheux s’avoue vaincu samedi soir. Adrien Collignon ouvre la marque (10e), Simon Duchêne se voit brandir le carton jaune et ses équipiers vont se mettre à l’abri en quelques minutes. Geoffrey Cavelier d’abord (43e), Mike Lodriguez ensuite (45e) et les visiteurs mènent 0-3. Florent Nicolay (61e) et Jeremy Blaise sur penalty (64e) redonnent espoir aux leurs à 2-3 mais c’est sans compter sur ce diable de Geoffrey Cavelier qui fait 2-4 (68e). Le dernier but est inscrit par Adrien Collignon (73e).

SIBRET 3

OCHAMPS 0

Pas de trace de Jonathan Do Rosario au coup d’envoi. Le défenseur de l’USA début sur le banc pour la première fois de la saison et ce n’est peut-être pas un hasard si la défense visiteuse va encaisser trois buts. Tom Roland et (2) et Kiki Louvins, comme d’habitude, se distinguent.

Victoire écrasante contre Bure : découvrez le score, les compo, les buteurs et les résultats des autres équipes

Nouvelle Victoire de Wellin 8-0 contre Bure, la 19ème de suite et donc un bilan de 57/60

Sibret - Ochamps 3-0
Paliseul - Tellin 5-0
St-Pierre - Poupehan 1-3
Bouillon - Grandvoir 2-2
Martelange - Neuvillers 3-4
Bercheux - Libin 2-5

ClassEquipesJ+/-Pts
1Wellin206157
2Libin202141
3Poupehan193940
4Ochamps202138

Rendez vous ce Lundi de Pâques à Sibret à 15h00

Paliseul - Ochamps
Bouillon - Martelange 
Grandvoir - St-Pierre 
Neuvillers - Bure
Libin - Poupehan
Tellin - Bercheux 





vendredi 3 avril 2015

Et si c'était mieux d'attendre une semaine ? - l'avenir.net




Avec leurs 16 unités d’avance, les Wellinois ontle luxe de pouvoir choisir la date du sacre.D’ailleurs, ils ne pleureront pas si la fête n’a pas lieu lundi, à Sibret…

Les Wellinois vont-ils lever le pied lundi après-midi, à Sibret? Ils jurent que non. Mais ils ne nient pas, non plus, qu’ils ne pleureront pas à chaudes larmes s’ils doivent reporter les festivités d’une semaine.

Et pour cause, fêter le titre en cette fin de week-end pascal ennuierait pas mal de monde chez les Jaune et Bleu. À commencer par les absents: le coach, Gaëtan Dave, son adjoint, Stéphane Dubois, le président, Christophe Manz ou encore le responsable sportif, Maxime Desset. «Je pars en vacances en Provence samedi soir, avec ma petite famille, glisse Gaëtan Dave. Je serai donc absent lundi.»

Thomas Demoulin à la barre

Demandera-t-il à ses poulains de laisser filer le match, histoire de pouvoir goûter, lui aussi, au divin breuvage une semaine plus tard? Avec leurs seize unités d’avance, les Wellinois pourraient largement se permettre un faux pas. «On a de la marge, c’est vrai, mais vous avez déjà vu un coach demander à ses joueurs de perdre volontairement un match? questionne Gaëtan Dave. Bien sûr que je préférerais participer à la fête, mais si nous sommes champions à Sibret, je n’en ferai pas une maladie.»

«J’ai pris congé mardi matin»

En l’absence du berger, la garde du troupeau sera confiée au délégué, Thomas Demoulin.«Toutes ces absences nous chagrinent un peu, reconnaît ce dernier, mais ce serait ridicule de ne pas jouer le coup à fond alors que nous restons sur une série de 18 victoires d’affilée(NDLR, et sans doute 19 après la visite de Bure, la lanterne rouge, samedi soir). Jouons, ne calculons pas. D’ailleurs, personnellement, j’ai déjà pris congé mardi matin. Puis, de toute façon, je rappelle que nous n’avons pas toutes les cartes en main. Si Poupehan remporte ses deux matches, nous ne serons pas champions ce week-end.»

Voici deux ans, Wellin avait déjà célébré la montée en P1 dans les installations sibrétoises. Thomas Demoulin, chef du kop wellinois ce jour-là, se souvient de cette journée comme si c’était hier. «Je pense que les Sibrétois ne sont pas mécontents de nous voir revenir, sourit l’intéressé. Nous avions vidé neuf fûts et nous étions rentrés à 2hdu matin.»

Autant dire que le trésorier local, Antoine Dewalque, se frotte déjà les mains. On pourrait même imaginer un duel complètement absurde: d’un côté, une équipe de Sibret qui fait tout pour perdre, afin de décrocher la recette de l’année, et de l’autre, des Wellinois qui jouent avec le frein à main pour pouvoir fêter le titre au grand complet une semaine plus tard, chez leurs voisins de Bure.

Bon, évidemment, ce scénario relève de la fiction. Mais s’il y a une pluie d’autobuts lundi, vous saurez pourquoi…