lundi 23 avril 2018

Wellin est passé près du hold-up - Jérôme DERU - L'Avenir


Ethe - Wellin : 0 - 0



ETHE : Leyder 7, Petit 6, Muric 5, Noldus 5 (46’, Schweig 6), Duracak 6, Woillard 5, Gomez 6, (59’, Donneaux 5), Nicolas 5, Reichling 7, Derhet 5, Masson 5 (46’, Muller 5)

WELLIN: Wigny 7, T. Schroeder 5 (27’, Bonmariage 6), Lemaire 6, Joosens 6, Grandjean 6, Lardot 6, G. Schroeder 6, Liesnard 5 (64’, Bihain 6), Lejaxhe 5, Pigeon 6, N. Vincent 5

Arbitre : M. Teixeira 6. Il oublie d’exclure un défenseur de Wellin qui commet une faute sur Muric alors qu’il partait seul au goal. De plus, l’entente avec ses assistants ne fut pas optimale. Malgré cela, il a commis peu d’erreurs.

Assistance: 90.

Note du match : 5.

Cartes jaunes : Woillard, Leyder.

66’, Un coup franc de Reichling côté droit trouve le front de Schweig, mais sa reprise est superbement déviée par le portier Wigny.

88’, Une frappe puissante du pied droit de Reichling à hauteur du grand rectangle est à nouveau déviée en corner par Wigny.

90’, Leyder sauve les meubles grâce à un magnifique arrêt à la suite d’une reprise de la tête de Gilles Schroeder.

«On a été bons jusqu’aux 30 derniers mètres et puis on a manqué de percussion pour forcer une défense bien regroupée », regrette le mentor de Ethe Olivier Schandeler. En ne parvenant à faire plier un collectif qui vient d’encaisser 16 buts en quatre matches, les Cassidjes ont montré des signes de faiblesse. Ils n’ont manqué ni d’envie, ni de volonté, mais tout simplement de fraîcheur en ce mois d’avril surchargé.

« C’est en effet assez incroyable de jouer autant en si peu de temps, poursuit Olivier Schandeler. Àmes yeux, cela biaise le championnat. Néanmoins, cela n’explique pas notre manque de créativité offensive et le fait que l’on n’ait pas su creuser de brèches dans le bloc adverse. »

Ethe a eu la possession du ballon et était clairement supérieur à son opposant du jour sans pour autant parvenir à amener le danger dans le rectangle wellinois. Pire, les Vert et Blanc auraient même pu s’incliner sans un sauvetage salvateur de Leyder à la dernière minute. «Si on s’était imposé, cela aurait été un petit hold-up, admet le coach de Wellin Thomas Lebrun. Par rapport à nos derniers résultats, ce match face à Ethe a montré que le groupe est solidaire et que l’on ne compte pas lâcher l’affaire avant la fin du championnat. » Les Jaune et Bleu n’ont pas à rougir de leur prestation et, en évoluant de la sorte, pourront peut-être nourrir quelques regrets. «L’important est désormais de préparer l’avenir en essayant de jouer les premiers rôles dès la saison prochaine en P2 », conclut Lebrun.

vendredi 20 avril 2018

Un jeune Wellinois sélectionné chez les Diables Rouges et gagne le Tournoi des quatre Nations

Gauthier Suray originaire de Wellin 
est au Danemark depuis dimanche dernier. 

 Il a été sélectionné pour 3 matchs en Diable rouges U16

Suède Belgique 0-3 : rentré à la 64e minute

Tchequie Belgique : 2-3 => titulaire tout le match

Danemark Belgique 2-2 => titulaire tout le match










mercredi 18 avril 2018

Ce Wellin-là a la tête en P2 : Saint-Léger - Wellin : 3 - 0 (mardi 17/4) - sources : lavenir

SAINT-LÉGER: Detaille 6; Feltesse 6, Fabry 7, Agostini 6, Verger 5; Yemba Mahop 8, Kouayep 5, Koenig 7 (79’, Toussaint); Rocca 6, L. Collin 6 (83’, Payen), N. Collin 6 (65’, Boulanger).

WELLIN: Merny 5; Joosens 5, Vincent 6, Hayon 5, G. Schroeder 5; Lemaire 4 (46’, Liesnard 5), T. Schroeder 4, Bonmariage 5 (70’, Charlier); Lardot 6, Bihain 4 (46’, Grandjean 5), A. Lejaxhe 5.

Arbitre: M. Collard 7. Une soirée tranquille dans un match fair-play et pas très engagé.

Assistance: 30.

Cartes jaunes: T. Schroeder.

Note du match: 5.

4’, L. Collin s’offre un raid de près de 40 m sans être gêné et décoche une frappe de l’entrée du rectangle, qui laisse Merny sans réaction (1-0).

24’, belle action plein axe Koenig – N. Collin – L. Collin, mais ce dernier rate la conclusion face au gardien.

27’, faute de main, inutile, de Joosens. L’arbitre désigne le point de penalty, puis décide finalement d’un coup franc après intervention de son assistant. Le coup franc est transformé directement par Rocca d’une frappe pied gauche dans le coin (2-0).

35’, L. Collin, avec un peu de réussite (ou plus de détermination que ses opposants), parvient à glisser un ballon à N. Collin qui reprend sur le poteau: Koenig est à l’affût et frappe dans le plafond (3-0).

45’, coup franc d’Hayon pour la tête de G. Schroeder qui croise un peu trop alors que Detaille était battu.

60’, Koenig rate d’un stud le 4-0 sur un centre de N. Collin.

73’, Lejaxhe rate une grosse occasion de 3-1 après un coup franc de Joosens repoussé par Detaille.

De par sa position au classement, Wellin a déjà un pied, et peut-être même quelques orteils de plus, en 2e provinciale. Hier, les Jaune et Bleu ont montré, surtout en 1re période, qu’ils y avaient déjà placé la tête aussi. Entendre l’un des joueurs crier à un équipier que «ce ne sera pas plus facile en P2 si tu joues comme ça» est forcément révélateur. Certaines attitudes, le manque de réaction en perte de balle, ou de détermination dans les duels, furent autant d’autres signaux indicateurs au cours d’une première période pendant laquelle les Gaumais n’ont même pas eu à appuyer sur l’accélérateur pour se mettre à l’abri. La liberté avec laquelle un Mahop a pu se promener dans la ligne médiane, et distribuer le jeu avec précision, démontre aussi à quel point l’équipe visiteuse a manqué d’un peu de tout hier. Si ce n’est d’orgueil pour entamer une seconde période durant laquelle elle a bien tenté de relever la tête. Mais sans réel succès, Lejaxhe manquant même, à 5 m de Detaille, l’occasion de sauver l’honneur ou de relancer un semblant de suspense à un quart d’heure du terme. Les Canaris, eux, profitent de l’aubaine pour se relancer après un délicat 1 sur 9.


lundi 16 avril 2018

Francois Lardot dans l'équipe type de lavenir


MERCATO : Un défenseur central signe à Wellin

Un défenseur central d'1m94 vient de s'engager avec Wellin. Il est passé en jeunes par Rochefort, Ciney et Marloie, Eprave en équipe première. De par sa grand taille, il a bon jeu de tête et son physique lui permet d'être fort sur l'homme. Il a une bonne vision du jeu et sait jouer technique quand il le faut.

Maxime Muraille est le troisième renfort Wellinois
Il aura 21 ans au mois de juin


samedi 14 avril 2018

Edwin Merny a une revanche à prendre (Match ce soir à 20h) - Sud-presse





Gilles Schroeder : «À Wellin, j’ai trouvé des amis» - X. C. - L'Avenir Delen



Wellin accueille Libramont dans un derby un brin disproportionné.

Gilles Schroeder, le maintien est-il toujours possible?


Tant que ce n’est pas fait, on y croit. D’autant qu’on a un match en retard. Si on peut avoir un petit coup de pouce des promotionnaires, ce serait bien.

Il faudrait gagner contre Libramont…
Oui, surtout chez nous. Cela a toujours été serré avec Libramont. À l’aller, on a perdu, mais on aurait mérité un nul.

Vous attendiez-vous à cette situation?
Depuis que je suis à Wellin, on a toujours fait l’ascenseur. On savait que ce serait dur, mais en voyant un club comme Chaumont jouer le top, on peut être déçu. Mais nous sommes à notre place. Il y a des années où ça ne tourne pas, simplement. Je ne pense pas que l’équipe qui a terminé 7e voici deux saisons était meilleure, mais elle avait ce petit brin de chance qui facilite le reste.

Même si le club descend, vous resterez, alors que vous aviez d’abord dit vouloir rester en P1. Qu’est-ce qui vous a poussé à prolonger?

Ce qui m’a convaincu, c’est qu’en quatre, cinq saisons ici, j’ai trouvé de l’ambiance et des gens qui sont devenus des amis, comme Bonmariage et Hayon. Aussi pour le coach qui fait du bon boulot. Et ma petite carrière est plus derrière moi que devant. En outre, je viens de me lancer comme indépendant et d’être papa. Et Wellin n’est pas loin de chez moi.

Avez-vous eu des offres de P1?
Oui, Marloie et Rochefort. J’ai hésité, car Marloie va jouer le titre, mais pas sûr que je m’y épanouisse autant qu’ici. L’ambiance ne doit pas être aussi bonne (rire).

Un retour à Libramont, votre club formateur, est-il envisageable?
Non. Si on m’avait donné ma chance à l’époque, j’y serais peut-être toujours. J’y ai goûté puis on ne m’a pas fait confiance, donc je n’y retournerai pas.

Cela reste-t-il un match particulier?
Oui, surtout que je connais des joueurs et que mon cousin Maxime Gourmet y évolue. Et Libramont reste un club qui a un fameux passé.

jeudi 12 avril 2018

Wolf : «Le premier doublé de ma vie» - Xavier CREER - L'avenir


Auteur du premier doublé de sa vie contre Petitvoir, Bastien Wolf est aussi le kiné de l’équipe A. Sans oublier la course à pied. 


Bastien Wolf (26 ans), vous avez pris une large part dans le succès de Wellin contre Petitvoir vendredi (4-2) avec un doublé. En inscrivez-vous souvent?


Non, c’est le premier de ma vie, je pense (rire). Cela m’arrive très rarement de marquer tout court en fait, car je me retrouve peu souvent en phase de finition. Donc c’est assez spécial.

Votre coach Thomas Demoulin dit justement que vous devez plus tenter votre chance…
Oui, c’est vrai. Si je me retrouve face au gardien, j’aurais tendance à me retourner et à passer derrière. Peut-être que ces deux buts vont m’amener de la confiance et que je tenterai plus.

En tout cas, vous n’étiez pas trop fatigué. Le lendemain, samedi, vous avez terminé 8e d’un trail de 21 km…
J’essaye de ne pas combiner les deux trop souvent, mais dans cet ordre, ça va encore. J’aime bien le faire car j’apprécie de courir. C’est une manière de décompresser dans une discipline dont j’apprécie le côté nature et l’aspect convivial qui se perd parfois dans le foot. Mais je ne pense pas être un extraterrestre, d’autres le font également. Un coéquipier m’a d’ailleurs accompagné. Bon, certains me demandent aussi pourquoi je fais ça (sourire). Mais je me cantonne au foot, à la course à pied et au VTT, c’est déjà bien.

Pour ne rien gâcher, vous conciliez tout ça avec votre boulot de kiné. Et le poste de kiné de l’équipe A, non?
C’est ma troisième année dans cette fonction à Wellin. Après mes études, j’ai suivi une formation en kiné du sport donc j’ai voulu mettre mes compétences à profit, d’autant que vivre uniquement de ça dans la région, c’est compliqué. Et cela m’a toujours bien plu, même si cette année, c’est plus compliqué avec mon statut de joueur en B aussi. Madame n’est pas toujours contente et je la comprends.

Pensez-vous arrêter l’un des deux? Lequel?
Oui, je pense que j’arrive à un point où je vais devoir effectuer des choix. Je suis également une formation cette année, j’aurais sans doute besoin de souffler. Je dois encore réfléchir et je prendrai une décision en fin de saison.

Bien avant d’être kiné, vous avez été repris dans le noyau de P1 en 2010-2011. N’avez-vous jamais de regrets de ne pas y jouer?
C’était assez compliqué. J’ai en effet été repris, mais c’était avant d’aller à l’université et ça n’avait pas été au niveau de l’intégration. Peut-être n’étais-je pas prêt? Ensuite, j’ai coupé avec le foot pendant mes études. Et complètement par hasard, j’ai recommencé en réserve et ça m’a super bien plu. Puis il y a eu l’opportunité de jouer en P3 et si, au départ, j’étais plus là pour dépanner, je me suis pris complètement au jeu.

Au final, la P1 n’a jamais été un objectif, je veux avant tout prendre du plaisir. Et je ne suis vraiment pas certain d’avoir les qualités pour évoluer à ce niveau. Je n’ai aucun regret.

Quel que soit votre rôle, imaginez-vous aller dans un autre club que Wellin?
Vraiment pas, je n’y ai aucun intérêt, surtout que mon cabinet est à Wellin.

Pour en revenir à l’équipe B, vous venez de prendre sept points sur neuf après une seule unité en huit rencontres. Comment cela s’explique-t-il? Un calendrier plus facile?
Je ne pense car contre Orgeo, Tellin et Haut-Fays, on aurait pris quelque chose avec un peu de réussite. Je pense que c’est un peu de tout. On a tenu une réunion pour discuter de ce qui n’allait pas et ça a fait du bien, tout a été mis à plat et on tire dans le même sens, on est bien plus positif sur le terrain. Avant, dès que l’on prenait deux buts, on s’effondrait. Maintenant, on réagit. Puis il ne faut pas oublier que notre équipe est fort jeune, il a fallu engranger de l’expérience. Mëme moi, c’est ma première saison en première.

N’ayant plus rien à viser, quel est l’objectif de votre fin de saison?
En début de saison, le coach voulait atteindre la trentaine de points. On va essayer de se faire plaisir, de prendre de l’expérience et de grappiller des points, pour préparer au mieux la saison prochaine.

Wellin - Libramont ce samedi 14/04 à 20h00


Arnaud Lejaxhe : «Pas normal de jouer sur le synthétique» - Mathieu PELTGEN - L'Avenir

MEIX-DEVANT-VIRTON 7 – WELLIN 1

Arnaud Lejaxhe n’est pas fan des terrains synthétiques


Arnaud Lejaxhe et Wellin en ont pris sept, à Meix. Mais pour le clubman des Jaune et Bleu, le fait de jouer sur le synthétique a faussé la donne.

Arnaud Lejaxhe, vous aviez opté pour un dispositif très prudent à Meix, avec cinq défenseurs. Une tactique pas vraiment payante puisque vous en avez pris sept…


Mais ce n’était que 2-1 à l’heure de jeu. Face à une équipe qui jouait quasiment avec quatre attaquants, deux pointes et deux flancs très offensifs, nous étions obligés d’aborder ce match avec prudence. L’objectif, c’était de garder le zéro le plus longtemps possible et d’inquiéter Meix grâce à l’une ou l’autre phase arrêtée. C’est d’ailleurs de cette manière que nous avons égalisé en début de match.

Le rouleau compresseur méchois s’est vraiment mis en route après la montée de Nicolas Day, plantant cinq buts en une demi-heure. Day, qui était absent à l’aller, vous a impressionné samedi soir?

Non. Une partie de l’équipe commençait à tirer la langue quand il est entré. On lui a donc laissé beaucoup d’espaces. Beaucoup trop, même. Certains joueurs étaient spectateurs. Et si on regarde jouer un garçon de ce niveau, forcément, c’est facile pour lui.

Vous aviez accroché ce même leader à l’aller (1-1). Comment explique-t-on une telle différence au niveau du marquoir entre un match aller et un match retour?

Pour moi, le facteur principal, c’est le terrain. Sur le synthétique, nous avions une chance sur dix de décrocher un résultat favorable contre une telle équipe. Les Méchois s’entraînent sur cette surface toute l’année. Moi, à 30 ans, j’ai dû jouer en tout et pour tout trois matches officiels sur synthétique dans ma vie. Cela fausse un peu la donne. Quand il s’agit du terrain principal, OK. Quand le terrain en gazon est impraticable, OK. Quand les deux équipes sont d’accord, toujours OK. Mais quand le terrain A est dans un excellent état, comme ce samedi, je ne trouve pas normal que l’on joue sur le synthétique. Je n’en veux pas à Meix, qui aurait tort de se priver d’un tel avantage, mais je trouve dommage que le règlement permette ce genre de chose.

Du coup, à Wellin, quand nous recevrons Meix ou une formation du même calibre, nous devrions songer à déplacer le match sur le terrain B, si cela peut nous avantager Pas sûr que ça plairait à notre adversaire, parce qu’il aurait du mal à jouer en deux touches de balle avec la même précision, mais sur le fond, ça revient au même…

Dans ce sens-là, ce serait prôner l’anti-football…
Chaque équipe joue avec ses armes. Si on compare les noyaux des deux équipes, il n’y a pas photo. Il ne faut pas demander à Wellin de développer le même football que Meix. On ne joue pas dans la même cour. On n’a tout simplement pas les mêmes moyens.

Il suffit de regarder notre recrutement pour s’en rendre compte. Pour des questions budgétaires et géographiques, Wellin est incapable d’attirer des garçons d’un niveau supérieur ou même de P1. Les Namurois, ils vont jouer à Rochefort ou à Beauraing. Et, si vous regardez tous les transferts réalisés par Wellin ces dernières années, 95% des recrues viennent de P2 ou P3. Ce qui ne signifie pas que ces joueurs n’ont pas de qualités, bien sûr, mais ce ne sont pas des joueurs chevronnés non plus (NDLR, un seul Wellinois a évolué plus haut qu’en P1, Gilles Schroeder). Ceci dit, si on fait les comptes, je constate que Wellin tape plutôt juste. Prenez un David Lion. Avant d’arriver chez nous, il jouait à Vencimont et personne ne le connaissait dans la province. Regardez où il est aujourd’hui (NDLR, probablement le meilleur joueur de Givry avec Maxime Lambert cette saison).

Vous restez à six points du barragiste, avec un match de retard. Vous croyez encore dur comme fer au maintien?

Non. Nous ne rendons pas les armes, mais nous nous faisons doucement à l’idée que nous retrouverons la P2 la saison prochaine.

Ce serait une troisième descente en six ans, pour vous…
Et même ma quatrième avec Wellin, puisque nous étions déjà descendus lorsque je n’avais que 16 ans. Mais pour les raisons déjà évoquées, le club est voué à jouer au yoyo entre la P1 et la P2. Il n’a pas les moyens d’ambitionner davantage. Quand on monte en P1, on sait très bien qu’on n’y restera pas dix ans.

Mais cela ne vous chagrine jamais de redescendre puisque vous remontez toujours l’année suivante…
Ce n’est jamais gai de connaître une relégation, mais je ne pleurerai pas si on retourne en P2, c’est vrai. Dans les prochaines semaines, nous irons jouer à Saint-Léger et à Arlon un mardi soir. J’aime autant jouer un derby contre Tellin ou aller à Libin…

Si Wellin rebondit à chaque fois qu’il bascule, c’est parce que le club est sain, stable. Avec Fabian (Hayon), nous bouclons notre neuvième saison de rang au club. Mon frère Morgan et Bonma (Wellin) sont là depuis plus longtemps encore. Benjamin (Wigny) et Gilles (Schroeder) sont là depuis quelques années, eux aussi. Tout cela pour dire que les fondations sont solides. Ce noyau dur est vieillissant, certes, mais à bientôt 34 ans, Fabian termine toujours premier quand on fait un cross. Puis quelques petits jeunes sont prêts à prendre la relève (NDLR, Lemaire, Bihain…). Je suis certain que Wellin existera toujours dans cinq ans. Tous les clubs de la province ne peuvent probablement pas en dire autant...

lundi 9 avril 2018

La différence sur des coups de Day - D. J. - L'Avenir


Meix-dvt-Virton - Wellin : 7 - 1

WELLIN: Merny 4; A. Lejaxhe 6, G. Schroeder 6, Joosens 5, M. Lejaxhe 5 (80’, Lemaire), Hayon 5, T. Schroeder 6, Bonmariage 4, Grandjean 4 (57’, Tricnaux 4), Pigeon 4 (67’, Lardot), Bihain 5.

MEIX: Brolet 5; Maillen 6, Denoncin 6, Schmit 7 (80’, Courtois), Bertin 6 (81’, Bertin); Collette 7, N. Georges 7, Arend 6 (53’, N. Day 9); Breda 7, Herman 5, Godfrin 6.

Arbitre: D. Chauvaux 7. Une prestation sans réelle difficulté dans un match fair-play et facile à arbitrer. Aucune carte n’a d’ailleurs été distribuée.

Assistance: 80.

Note du match: 7.

4’, lancé par Georges, Breda file seul et place aisément le ballon dans le but d’un Merny très mal placé pour le coup (1-0).

9’, sur un long coup franc de Bonmariage, G. Schroeder remise de la tête devant un Brolet mal sorti et Bihain place dans le but vide (1-1).

35’, Herman sert Arend qui remise pour N. Georges à l’entrée de la surface. Sa frappe file en coin (2-1).

63’, N. Day lance parfaitement Herman qui centre devant le but pour Breda (3-1).

67’, sur coup franc direct, N. Day contourne un mur mal placé (4-1).

74’, N. Georges dévie une passe en profondeur de N. Day vers Godfrin qui gagne son face-à-face avec Merny (5-1).

80’, N. Day centre vers le 2e poteau où Breda attend tranquillement pour placer sa tête (6-1).

88’, un centre-tir de Breda est mal repoussé par Merny; Godfrin n’a plus qu’à pousser le cuir au fond (7-1).

Doublure de Wigny, qui s’est fait opérer d’un œil, Edwin Merny, le portier wellinois, en a vu de toutes les couleurs samedi, sur ce synthétique méchois que les Jaune et Bleu redoutaient particulièrement. À raison. S’ils avaient pu contrecarrer les plans du leader à l’aller (1-1), sur une pelouse qui freinait la vitesse d’exécution des Mauves, cette fois, ils n’ont pas échappé au naufrage. Malgré de larges précautions défensives – un 5-4-1 particulièrement prudent où les quelques répliques offensives n’avaient d’autre dessein que de chercher l’infortuné Bihain par de longs ballons –, malgré une égalisation rapide après le but initial et malgré une réplique courageuse au 1er acte (2-1), ils ont explosé dès que le but du break a été inscrit peu après l’heure de jeu. Parce que les hommes de Zanini ont pu profiter d’un peu plus d’espaces et parce que Nicolas Day, entré un peu plus tôt – alors qu’il était encore très incertain la veille du match –, a donné une énorme impulsion à un milieu de terrain qui jouait juste jusque-là, mais ne parvenait que trop rarement à varier le rythme. Breda, un peu brouillon au 1er time, en a alors pleinement profité pour soigner ses stats, au même titre qu’un Godfrin longtemps englué dans l’embouteillage que n’avait pas manqué de créer la défense wellinoise. Au bout du compte, on dénombrait une bonne douzaine d’occasions méchoises alors que Brolet n’avait dû s’employer qu’une fois après le but égalisateur de Bihain.

Avec un but, un assist, deux pré-assists et quelques autres fulgurances en une demi-heure, Day, diminué par une blessure ces dernières semaines, a pour sa part montré qu’il avait recouvré la pleine mesure de ses moyens. «C’est un extraterrestre dans cette série», dira après-coup le coach visiteur Thomas Lebrun. À l’heure d’entamer le sprint final, les Gaumais ne s’en plaindront pas.

Wellin B 4 – Petitvoir 2
Match mouvementé qui voit Brundseaux donner l’avantage à la lanterne rouge au quart d’heure (0-1). Welln réplique dans la foulée pour égaliser puis prendre l’avance, via Delahaut et Wold, en deux minutes (2-1). Vingt minutes plus tard, Duthoit remet Petitvoir à égalité (2-2), mais dans la minute suivante, Milicamp remet Wellin aux commandes (3-2). La seconde période est moins prolifique, mais voit deux exclusions par deux jaunes, celle du visiteur Georges et du local Fallay. À dix contre dix, Wolf tue le suspense en fin de match (4-2).

jeudi 5 avril 2018

Les Rochois respirent un peu - L'Avenir


La Roche - Wellin : 3 - 0

LA ROCHE: Noël 6, Bonjean 6 (89’, Lapagne), Grommen 5, Wallens 6, Remacle 7, Abada 7 (88’, Maboge), G. Van Geen 7 (83’, Jeanmoye), R. Van Geen 7, Neumers 7, C. Dubois 6, Berg 6.

WELLIN: Wigny 6, Joosens 5, T. Schroeder 6, G. Schroeder 5, Liesnard 6, Bonmariage 6, A. Lejaxhe 7, Hayon 7, Pigeon 5 (80’, Grandjean), Bihain 5 (63’, Lardot), Vincent 5.

Arbitre: J.-Fr. Body 7. Arbitrage très correct.

Buts: Remacle (23’, 1-0; 51’, 2-0); Neumers (62’, 3-0).

Cartes jaunes: Grommen, Berg, Wigny, Schroeder.

Carte rouge: Vincent (2 CJ, 78’)

Assistance: 60.

Note du match: 6.

23’, Neumers trouve la profondeur pour Remacle, qui frappe au ras du sol (1-0).

25’, à la réception d’un ballon idéal au grand rectangle, Pigeon envole sa frappe.

50’, Berg centre pour Neumers, qui remise parfaitement pour Remacle (2-0).

60’, Joosens accroche Grommen dans le rectangle, penalty indiscutable. Neumers voit son premier essai annulé par l’arbitre, mais il fait mouche lors de sa seconde tentative (3-0).

L’organisation globale de l’équipe rochoise et la vista de Dylan Neumers ont fait merveille dans cette joute face à des Wellinois cependant motivés au coup d’envoi. Très groupés et prudents, les hommes de Stéphane Gillard abandonnent le milieu de terrain à des Jaune et Bleu très dominateurs, mais assez confus voire maladroits dans leurs actions. Il faut attendre la fin du premier quart d’heure pour noter une première frappe cadrée de Lejaxhe. Isolé en pointe, Yves Abada se démène cependant comme un beau diable. Sur l’une des premières offensives rochoises, la paire Neumers-Remacle fait sauter le marquoir. «Pour une première dans l’entrejeu, cela a bien été. Avec Olivier Remacle et Guillaume Van Geen, nous avons bien posé notre jeu, savoure le meneur de jeu improvisé. Après le couac de samedi, nous nous sommes bien repris dans ce match super important.»

La réaction wellinoise sera vigoureuse, mais les occasions visiteuses seront galvaudées. L’acte second débute par ultime rush des Jaune et Bleu, mais les Rochois vont faire basculer l’enjeu dans leur escarcelle en plantant deux buts en l’espace de quelques minutes. «La reprise nous a tués», déplore Thomas Lebrun. Le coach wellinois reconnaît sportivement le succès adverse: «Nous n’avons rien à revendiquer. Nous avons perdu la plupart des duels. C’était trop mou au niveau physique.»

Bien trop tendre, cette lanterne rouge- L'Avenir



NOTHOMB 1-3 WELLIN

Les frères Schroeder, Gilles à gauche et Thomas à droite, ont été déterminants pour lancer les offensives wellinoises et percer la défense de Nothomb.

NOTHOMB: Tiberghien 6, Carlier 6, Parisse 6, Claude 6 (78’, Palumbo), Duroy 6, Leyder 5, Amiri 4, Van Leeuwen 5 (74’, Gengler), Ensch 5, Perrin 5, Erdeljan 5 (64’, Lecluse).

WELLIN: Wigny 6, G. Schroeder 8, Vincent 6, Joosens 6, Hayon 6, Bonmariage 6, Bihain 5 (82’, Grandjean), T. Schroeder 7, A. Lejaxhe 6 (68’, Charlier), Tricnaux 5 (78’, Lardot), Liesnard 6.

Assistance: 60.

Note du match: 5.

Cartes jaunes: Amiri, Tiberghien, T. Schroeder.

Carte rouge: Amiri (2 CJ)

Arbitre: David Englebert 6. Prestation correcte de M. Englebert, entachée d’une grossière erreur quand il donne une deuxième jaune à Amiri pour une faute commise par Claude.

Buts: G. Schroeder (12’, 0-1), Liesnard (43’, 0-2), Perrin (66’, 1-2), Lejaxhe (68’, 1-3)

12’, sur un corner, le ballon arrive sur la tête de Gilles Schroeder, qui bat facilement Tiberghien (0-1).

43’, centre de Lejaxhe qui trouve cette fois Liesnard, tout aussi isolé que Schroeder sur le premier but. Belle reprise de volée (0-2).

66’, Ensch entre dans le rectangle et sert idéalement Perrin qui bat facilement Wigny (1-2).

68’, Duroy se troue. Le ballon arrive dans les pieds de Lejaxhe qui ne se fait pas prier pour ajuster Tiberghien (1-3).

L’entraîneur de Nothomb, Thierry Claude s’est beaucoup excité devant son banc. Sur ses joueurs en première mi-temps, puis sur l’arbitre Englebert par la suite. Tellement énervé sur le directeur de jeu qu’il a innové en s’auto-excluant à la 61' et en laissant le soin à son adjoint, Luciano Bonetti, de diriger son équipe. L’arbitre a commis une grosse bévue en excluant Amiri pour une faute commise par un de ses coéquipiers, mais ce fait de match ne peut expliquer, à lui seul, le nouveau revers de Nothomb. Les équipiers du capitaine Parisse ont la chance de disposer d’un terrain synthétique qui favorise les techniciens et le jeu au sol. Les joueurs de la vallée de l’Attert l’ont tellement bien compris, mais sont tombés dans le travers d’un jeu de salon où personne ne gagne un duel, personne ne prend un ballon de la tête. Pire encore, alors que leur division offensive dispose de feux follets rapides à l’image du centre-avant Perrin et des deux ailiers Erdeljan et Ensch, les Mauve et Blanc se perdent dans des arabesques d’une rare lenteur, qui laissent à leur opposant tout le temps de se replacer. Le football, à cet échelon, demande un engagement sans faille. Nothomb doit se remettre sérieusement en question à ce niveau. Ce sera trop tard pour se maintenir en P1, car la défaite indiscutable contre Wellin a sonné le glas des derniers espoirs des frontaliers, mais pas pour l’avenir, puisque le président Schroeder annonce déjà clairement la couleur: «Nous voulons remonter directement».

Le physique de Wellin fait la différence
«Nous sommes connus comme une équipe qui peut s’imposer grâce à son physique, reconnaît le coach des Nordistes, Thomas Lebrun. Je craignais ce match sur terrain synthétique, car notre jeu habituel n’est pas de jouer par des petites passes au ras du sol. Ce n’est pas notre truc. Je suis d’autant plus satisfait, que, si mes gars ont témoigné de leur hargne habituelle, ils m’ont épaté par leur volonté de faire le jeu.»

La rencontre n’a pas été des plus passionnantes et a été vite pliée, d’abord par un but venu de la tête de Gilles Schroeder, totalement délaissé par l’arrière-garde locale. La leçon n’a pas été retenue puisque le deuxième but en fin de première mi-temps est l’œuvre d’une belle reprise de volée de Liesnard, tout aussi mal tenu et tout aussi isolé. Si on ajoute qu’entre-temps, Wellin avait gagné 90% des duels et que Nothomb avait réussi 20% de passes, le score de 0-2 à la mi-temps n’était certainement pas volé.

La deuxième mi-temps n’a pas apporté grand-chose, si ce n’est que les Wellinois avaient certainement plus d’envie. On laissera le mot de la fin au latéral droit de Nothomb, Edwin Duroy, qui, lucidement, reconnaissait «que les carottes étaient cuites, mais que les dernières rencontres allaient permettre de jouer sans pression et que, peut-être, un meilleur jeu, allait permettre de réaliser quelques bons résultats.»

dimanche 1 avril 2018

L’extension du réseau à chaleur bénéficiera à l’ES Wellin

C’est avec une grande joie que les responsables du club de L’ES Wellin vous annoncent un agrandissement du réseau à chaleur prévu au départ du hall voirie vers le terrain B. En effet, afin de remplir les nouvelles obligations imposées par l’Union Européenne sur les rejets de CO2, l’administration communale a fait réaliser une étude de faisabilité par un bureau d’étude. Celle-ci montre toute l’importance d’un tel réseau et préconise un travail en 2 phases. La première consiste à la pose d’une tuyauterie de chauffage pré isolés à une profondeur de 1,5 m (en jaune sur le plan). La deuxième phase sera un peu plus complexe puisque c’est la réalisation d’un tunnel technique sous les habitations qui a été retenue (en mauve sur le plan). Selon le bureau d’étude, les nuisances pour les riverains seront assez limitées lors de ces travaux. Il conseille juste aux habitants de bien coller leurs bibelots sur les meubles afin d’éviter les chutes d’objets dus aux vibrations. Cette simple mesure permettra à nos concitoyens, à court et à moyen terme, de limiter les risques d’accidents domestiques. Comme tient à le préciser l’administration communale, ce réseau ne sera possible qu’en partenariat avec le privé. A cette fin, et vu l’augmentation de la puissance du réseau, l’apport d’énergie complémentaire est indispensable. Une proposition d’arrêté communal sera donc déposée dans les prochains jours demandant aux différents comités de villages de suspendre l’ensemble des grands feux à partir du 1er avril 2019. Le bois ainsi économisé, toujours collecté par les différents comités, pourra donc transformé en plaquettes de bois pour alimenter la chaudière. Le club de l’E.S.Wellin remercie à l‘avance l’administration communale ainsi que les différents comités de villages pour la participation active à ce projet qui offrira, nous n’en doutons pas, plus de confort à nos jeunes joueurs.


NOTHOMB 1 - WELLIN 3 : Les notes de l'avenir

Nothomb : Tiberghien 6, Carlier 6, Parisse 6, Claude 6 (78', Palumbo), Duroy 6, Leyder 5, Amiri 4, Van Leeuwen 5 (74' Gengler), Ensch 5, Perrin 5, Erdeljan 5 (64', Lecluse).

Wellin : Wigny 6, G. Schroeder 8, Vincent 6, Joosens 6, Hayon 6, Bonmariage 6, Bihain 5 (82' Grandjean), T. Schroeder 7, A. Lejaxhe 6 (68', Charlier), Tricnaux 5 (78' Lardot), Liesnard 6.

Assistance : 60

Note du match : 5

Jaune : Amiri, Tiberghien, T. Schroeder

Rouge : Amiri (2e jaune)

Arbitre : David Englebert 6 prestation correcte de Mr Englebert, entâchée par une grossière erreur quand il donne une deuxième jaune à Amiri pour une faute commise par Claude

Les buts :

12' sur un corner, le ballon arrive sur la tête de Gilles Schroeder, laissé étrangement seul, qui bat facilement Tiberghien (0-1)

42' centre de Lejaxhe qui trouve cette fois Liesnard, tout aussi isolé que Schroeder sur le premier but. Belle reprise de volée (0-2)

66' Ensch entre dans le rectangle et sert idéalement Perrin qui bat facilement Wigny (1-2)

67' Duroy se troue, le ballon arrive dans les pieds de Lejaxhe qui ne se fait pas prier pour ajuster Tiberghien (1-3)