mercredi 23 mai 2018

Wellin possède un beau réservoir chez les jeunes. - L.T. La Meuse


Lundi, Libin a accueilli les finales de la Coupe Jules Bastin. C’était la dernière fois que cette épreuve était organisée. On revient sur les quatre rencontres spectaculaires.

WELLIN 7

CARLSBOURG 0

Les buts : 12e Bihain (1-0), 21e Libioulle (2-0), 32e Bihain (3-0), 36e Laffineur (4-0), 46e Libioulle (5-0), 64e Lemaire (6-0), 73e Bernard (7-0).

Wellin : Gillain, Vincent, Moureaux, Tonneau, Marchal, Milicamp, Trodoux, Laffineur, Charlier, Bernard, Libioulle, Lemaire, Sion, Bihain, Delahaut, Fallay.

Carlsbourg : Colle, Feron, Al.Poncelet, Bodson, Polet, Loiseau, Arnould, Schrevens, Au.Poncelet, Donnay, T.Romnée, Roiseux, Flamend, Cacbach, L.Romnée, Comblin.

Arbitre : M. Bourguignon.

Bravo à Wellin qui a fait le taf ! Mais les spectateurs neutres se sont parfois demandés si Carlsbourg jouait à onze tant les Rouges ont été dépassés par leur adversaire durant ces 90 minutes. « Il y a une différence de classe, tout simplement. Ils jouent plus rapidement, ils savent écarter le jeu quand il faut. Ils savent tout faire… Bref, ils étaient un cran au dessus et ont logiquement gagné », constatait à juste titre Henry Henrard, le T1 de Carlsbourg. Effectivement, il n’y avait rien à dire.

Pourtant, on est convaincu que cette équipe était capable de mieux et n’était pas arrivée en finale par hasard. « Il y avait trop de blessés. On avait des gars qui étaient alignés pour boucher les trous. Ils étaient encore convalescents. Ce n’était pas notre équipe habituelle. L’effectif était trop court dans ce cas-ci. » Cela s’est vu sur le terrain. Un, deux puis rapidement 3-0… le match était plié après une demi-heure. Le gardien de Carlsbourg lâchant même un « Hey les gars, on va s’en prendre dix si on continue de la sorte » évocateur. Il n’était pas si loin, en fin de compte. Wellin obtenait ainsi son premier titre dans la catégorie. « On s’était fixé l’objectif de la gagner. On était pourtant venu stressé. Une fois qu’on a mené, j’ai été plus relax. D’habitude, notre point faible est la gestion du stress. La peur de gagner ou de perdre. C’est donc pourquoi j’ai insisté sur le fait de ne pas relâcher la pression après la pause. Il fallait en mettre un cinquième et c’est ce qu’on est parvenu à faire. Sans être méchant, je pense que nous étions plus forts techniquement. Le groupe est composé de copains. Ils se connaissent depuis les minimes », précise leur entraîneur, Jean-François Lambert. Wellin a la chance de posséder un beau réservoir chez les jeunes. Entre trois à six éléments évoluent d’ailleurs de temps en temps avec l’équipe première (P3). Voilà de quoi redonner le sourire aux dirigeants qui ont vu leur équipe de P1 descendre en P2.


Wellin remporte la finale des U21 en photos - lavenir.net

Wellin n'a fait qu'une bouchée de Carlsbourg en finale de la coupe Jules Bastin dans la catégorie U21 : 7-0

Wellin : Gillain, Vincent, Moureaux, Tonneau, Marchal, Milicamp, Trodoux, Laffineur, Charlier, Bernard, Libioulle, Lemaire, Sion, Bihain, Fallay, Delahaut.


Carlsbourg : Colle, Feron, Au. Poncelet, Bodson, Polet, Loiseau, Arnould, Al. Poncelet, Schrevens, Donneaux, T. Romnée, Roiseux, Flamend, Cachbach, L. Romnee, Comblin.


Arbitre : F. Bourguignon

Buts : Bihain (9',1-0), Libioulle (21',2-0), Bihain (26',3-0), Laffineur (43',4-0), Bihain (47',5-0), Lemaire (53', 6-0), Bernard (63',7-0).

Neuf minutes et pas une de plus, voici combien de temps a duré le suspens dans cette finale. Rapidement, tout le monde a vite compris que les Wellinois, plus présents au pressing et plus fort dans le milieu du jeu, n'allaient faire qu'une bouchée d'une équipe de Carlsbourg courageuse, mais un peu trop lente derrière. Résultat des courses, Bihain, qui n'a joué que trois matches avec les U21 en championnat cette saison, s'est amusé en plantant un triplé. Avec quatre buts d'avance à la pause, le match était déjà plié. La seconde période n'aura été qu'une formalité pour des Wellinois qui ont, en plus, pas mal gaspillé. Des occasions pour Carlsbourg ? Une seule à vraie dire. Mais quelle occasion avec un penalty de Roiseux détourné par Gillain. Pour le reste, les joueurs d'Henri Henrard ont souvent couru derrière le ballon, mais auront eu le mérite de ne jamais véritablement baissé les bras. Histoire de relativiser le large succès de Wellin, signalons néanmoins que cette équipe pouvait compter sur des joueurs comme Lemaire, Bihain, Bernard, Libioulle ou Vincent, soit tous des joueurs titulaires en équipe première cette saison, que ce soit en P1 avec Wellin, en P3 avec Wellin B, Tellin ou Redu. « En championnat, nous n'avions pas d'objectif car nous avions un gros noyau et nous avons fait tourner, commentait le T1 wellinois Jean-François Lambert. Les joueurs peut-être un peu moins forts ont joué, mais en coupe Jules Bastin, le but était d'aller au bout donc là, nous avons vraiment mis la meilleure équipe possible. Les provinciaux l'an prochain ? Je pense que nous allons refuser. Comme cette année, les meilleurs joueurs évolueront avec les équipes fanions. »


mardi 22 mai 2018

VIDEO TVLUX Wellin U21 étrille Carlsbourg en Finale de la Coupe Jules Bastin




Il n'y a pas vraiment eu de suspense dans la finale U21. Après 25 minutes, Wellin gagnait déjà 0-4. Au retour des vestiaires, la Jaune et Bleu ont encore inscrit trois buts pour sceller le résultat à 0-7.

mercredi 16 mai 2018

MERCATO : Un n°10 rentre au bercail !!

Champion en 2015 avec Wellin, il s'était surtout consacré au futsal ces dernières années, il revient retrouver ses copains et cette ambiance qu'il aime tant chez les jaunes et bleus.

Thomas Luis est de retour à Wellin !


vendredi 11 mai 2018

MERCATO : Un frère arrive, l'autre s'en va !

Une nouvelle fratrie a failli se former à Wellin, mais il n'en sera finalement rien! Bien que le jeune joueur prometteur de Ciney (Interprovincial), Louis Vincent, qui fêtera ses 16 ans au mois de juin, vient de s'engager avec Wellin pour la prochaine saison en 2ème provinciale, son frère Nicolas s'en ira quant à lui vers Rochefort. A en croire un Louis particulièrement ambitieux, Wellin n'a pas perdu au change! Nous espérons que l'avenir lui donnera raison et nous en profitons pour souhaiter beaucoup de réussite à son frère dans sa nouvelle aventure à Rochefort! 

Bienvenue Louis!


mercredi 9 mai 2018

MERCATO : Wellin tient son nouvel attaquant !


Habitant de Miécret, Havelange, où il a joué avant de passer un an à Rochefort,
à 29 ans, Keny Willem vient de s'engager avec Wellin.
photo : lavenir.net

jeudi 3 mai 2018

Saint-Léger - Wellin : 0 - 2 - L'Avenir


WELLIN: Merny; T. Schroeder (30’, A. Lejaxhe), Joosens, Grandjean, Lardot, Tricnaux, M. Lejaxhe, Bonmariage, Hayon (85’, Gillet), Bihain (50’, Pigeon), Vincent.

SAINT-LÉGER: Detaille; Feltesse, Fabry, Agostini, Verger, Yemba Mahop, Kouayep, Koenig, Payen, Bokeli (46’, Boulanger), Rocca (70’, Coulibaly).

Arbitre: G. Moreau.

Assistance: 30.

Cartes jaunes: Joosens, Tricnaux, Yemba Mahop, Kouayep.

Buts: Koenig (27’, 0-1), Kouayep (32’, 0-2).

«Vivement que la saison se termine», lançait un Thomas Lebrun dépité après le match. Il suffit de regarder la fin de parcours des siens pour comprendre le désarroi du coach wellinois. Sur les huit derniers matches, son équipe n’a engrangé qu’une seule unité, avec la bagatelle de 23 buts encaissés. Pour leur dernière à domicile, les Jaune et Bleu n’ont pas réussi à relever la tête. La messe semblait d’ailleurs déjà dite à la pause, alors que le marquoir affichait 0-2. Un petit sursaut d’orgueil permettra certes aux Wellinois d’approcher la cage de Detaille une fois ou l’autre après la pause, mais ils ne sauveront même pas l’honneur. La barre s’opposera, notamment, à Tricnaux, en partance pour Haversin.

Le chemin de croix de Wellin se terminera à Rossignol, dimanche. «Je ne sais pas avec quelle équipe nous allons nous déplacer, se désolait Thomas Lebrun. Tricnaux et Joosens ont pris la carte de trop. Arnaud Lejaxhe, Thomas Schroeder et Florent Pigeon doivent jouer sur une jambe. Je pourrais rechausser les crampons s’il faut vraiment dépanner, mais encore faut-il que je trouve un maillot à ma taille (rires). Ce ne sera de toute façon rien d’autre qu’un match amical…»

Saint-Léger n’est pas encore en vacances. Avec cette victoire, les hommes de Rinaldoni restent en course pour le tour final. Handicapés par leur goal-average, qu’ils auraient pu améliorer hier sans les interventions de Merny, ils devront réaliser un meilleur résultat que Marloie lors de l’ultime journée (contre La Roche à domicile) pour décrocher leur ticket.

Wellin - Marloie 2-3 - Y. Jt. - L'Avenir



WELLIN: Wigny 6, T. Schroeder 7, Lemaire 5 (50’, Bonmariage 6), Joosens 6, Grandjean 5, Lardot 6, M. Lejaxhe 6, A. Lejaxhe 6, Hayon 6, Pigeon 5 (75’, Bihain), Vincent 6.

MARLOIE: Pepic 5, Maré 6, Mustafaj 6, Servais 7, Gérard 6, Grégoire 7 (75’, Vincent), Claude 6 (64’, Peeters 6), Mahin 6, Collin 8, Strumans 6, Renard 6 (62’, Bawin 6).

Arbitre: J.-F. Body 7. Seul petit bémol à sa prestation: ne pas avoir laissé l’avantage et avoir coupé certains élans. Mais pour le reste, un match sans reproche majeur.

Buts: Collin (1’, 0-1), Grégoire (3’, 0-2), A. Lejaxhe (5', 1-2), Lardot (15’, 2-2), Servais (67’, 2-3).

Cartes jaunes: Lemaire, Renard.

Assistance: 40.

Note du match: 6.

1’, le ballon est à peine mis en jeu que Collin s’échappe sur le flanc gauche et fusille Wigny d’un superbe tir croisé (0-1).

3’, sur un service de Renard, Grégoire profite d’un total relâchement dans une défense wellinoise encore sous le choc pour placer au fond (0-2).

5’, seul à la pointe de l’attaque, Arnaud Lejaxhe redonne espoir aux siens en décochant un tir tendu hors de portée de Pepic (1-2).

15’, sur une remise en retrait, Pepic négocie mal le cuir et offre un véritable cadeau à Lardot qui pousse entre les bois (2-2).

67’, au prix d’un bel effort de Collin pour semer la panique dans la défense wellinoise, Servais récupère et croise imparablement au second poteau (2-3).

Après la minute de silence en mémoire de Pascal Noirhomme, la partie va s’emballer dans un premier quart d’heure de folie qui verra les deux formations replacées dos à dos. Marloie croyait sans doute un peu trop tôt avoir creusé un écart suffisant. C’était sans compter sur une équipe wellinoise, certes reléguée, mais certainement pas démob’. D’ailleurs, les visiteurs vont peiner à se montrer réellement dangereux avant la rentrée aux vestiaires malgré une occasion trois étoiles que Claude ne parvenait pas à concrétiser sur une reprise de la tête à côté du but et un essai de Servais qui suivait le même chemin.

On peut même parler de gâchis après la pause lorsque Claude distille un joli coup franc brossé au ras de la transversale (53’) et une reprise de Grégoire, pourtant seul au second poteau pour un ballon qu’il expédie un bon mètre à côté de la cage de Wigny. Heureusement, Marloie peut compter sur l’intenable Patou Collin, auteur de quelques raids meurtriers pour offrir à Servais le but libérateur. Cette avance va quelque peu libérer les hommes de Fabrice Piters qui vont prendre l’ascendant durant le dernier quart d’heure. À ce moment, les Wellinois vont se montrer le plus souvent imprécis tant en phase de construction que dans le dernier geste. Quelques instants avant le coup de sifflet libérateur, Wigny se déploiera une nouvelle fois pour sauver un bel essai de Bawin. «Malgré le fait d’avoir été pris à froid en début de partie, on a eu le mérite de ne pas baisser les bras, se console le coach Thomas Lebrun. Encore une défaite par un but d’écart comme ce fut souvent le cas dans ce championnat (NDLR: 10 fois). On prépare la prochaine saison dans une ambiance restée intacte et cela me rassure pour la suite.»

Quant à son vis-à-vis Fabrice Piters, il jette un œil sur le tour final: «On se devait de tuer le match bien plus tôt après l’égalisation de Wellin. Si on n’a pas réussi à le faire, c’est dû à un manque de concentration. Mais avec ces trois points, on peut espérer aller défier Oppagne lors du tour final.»